Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

09/07/2012

Antoing: L’Union Citoyenne est lancée

art_196039.jpgIls l’avaient annoncé, ils l’ont fait. Grégory Courtois et Sabine Mahieu, écartés de la liste socialiste pour les prochaines communales, ont créé leur propre formation politique. Rejoints dans leur démarche par les conseillers communaux Daniel Corfec (PS) et Samuel Vincent (AC), ils ont présenté les 14 visages déjà connus de leur liste, baptisée Union Citoyenne d’Antoing.

Cinq places restent encore à pourvoir. Emmenée par Grégory Courtois et poussée par Sabine Mahieu, la fille de l’ancien bourgmestre d’Antoing, cette liste prône le changement, la cohérence et le dynamisme.

Lire la suite

29/06/2012

Bruxelles-Ville: Courtois garde le soutien du MR

Mis sur le gril suite à la révélation des liens entre ses ASBL subsidiées et certaines sociétés privées qui lui sont liées ("La Libre" de ce jeudi), Alain Courtois s’est défendu bec et ongles, hier midi sur le plateau du JT de la RTBF. Il avance deux arguments : s’il s’est fait rémunérer (via sa société) pour des recherches de sponsors, c’est grâce aux moyens apportés par ces mêmes sponsors. Les subsides de la Région bruxelloise n’auraient donc servi qu’à couvrir les frais d’organisation de la journée sportive lancée en 2007 par l’ASBL Irisport. Signalons que la facture publiée hier a bien été envoyée à l’association par la société d’Alain Courtois E2M. Allez identifier quels fonds ont servi à quoi, puisque le budget de l’organisme cumulait subsides et sponsors.

On y voit plus clair, par contre, quant à l’obligation de cette ASBL d’organiser des marchés publics pour ses activités. Rappel, il est établi que la convention qui lie Irisport et la Région bruxelloise fait explicitement mention de la législation sur les marchés publics. Alain Courtois continue d’affirmer que si marchés publics il n’y a pas eu, c’est parce que le ministre bruxellois Guy Vanhengel lui avait certifié que non. Aujourd’hui, le ministre Open VLD ne souhaite ni confirmer ni infirmer ces allégations. Il y a trois semaines à peine, son cabinet certifiait pourtant qu’Irisport ne devait pas organiser des marchés publics. Interrogé par la députée sp.a Sophie Brouhon hier au Parlement, le libéral semble désormais se ranger derrière son ministre-Président.

Jeudi, Charles Picqué (PS), a en effet admis qu’Irisport était soumis à la loi sur les marchés publics en se basant sur la convention précitée. Il annonce une enquête administrative pour vérifier la bonne utilisation des subsides par Irisport, l’association ayant perçu de la Région plus de 1,2 million d’euros en cinq ans. Selon certaines sources, une enquête similaire interviendrait au niveau de la Fédération Wallonie-Bruxelles qui a également subsidié les ASBL d’Alain Courtois, notamment pour la candidature belge à l’organisation de la Coupe du monde 2018. De son côté, la Région bruxelloise, pressée par l’opposition FDF de déposer plainte, se réserve le droit d’agir si des irrégularités étaient établies. Reste que si marchés publics il y avait eu, tant E2M, société d’Alain Courtois, que Lielens, une société actionnaire d’E2M, n’auraient pas pu y participer compte tenu de la législation sur les conflits d’intérêts.

Pour l’heure, tous ces éléments n’émeuvent apparemment pas le MR, qui maintient son soutien au sénateur candidat bourgmestre à la Ville de Bruxelles. Aucun commentaire sur le fond de l’affaire de la part du président Charles Michel, qui prend simplement acte de la volonté d’Alain Courtois de s’expliquer devant la commission de conciliation et d’arbitrage du parti. Malgré la mise en cause incendiaire de son candidat par le FDF, le MR ne semble pas pressé. Il serait difficile de réunir cette commission avant les vacances estivales, paraît-il. "Nous gardons notre tête de liste", indiquait pour sa part Marion Lemesre, chef de groupe libérale au conseil communal de la Ville de Bruxelles. Elle se dit convaincue par les explications télévisées d’Alain Courtois et invoque le contexte électoral. Elle souligne aussi le fait qu’il est souvent compliqué de passer des marchés publics pour des événements dont l’idée originale provient d’opérateurs privés.

Hier au parlement bruxellois, PS et cdH, partis de la majorité, ont par contre insisté sur l’urgence qu’il y avait à faire toute la clarté sur cette affaire, en s’adressant au ministre Vanhengel. Compte tenu du climat électoral et du discrédit qu’elle pourrait jeter sur la classe politique dans son ensemble, ont indiqué Anne-Sylvie Mouzon pour le PS et Joël Riguelle pour le cdH. Interrogée par Twizz Radio, Joëlle Milquet, ministre cdH de l’Intérieur et concurrente d’Alain Courtois sur la Ville de Bruxelles, disait ceci : "C’est vrai que quand on lit, c’est étonnant. Il semble que ce soit des pratiques qui, si elles sont confirmées, ne sont pas acceptables, mais je ne peux pas vous les confirmer".

Ecolo Ville de Bruxelles s’est par contre indigné par communiqué. "En tout temps, les hommes et les femmes politiques se doivent d’appliquer des règles strictes en matière d’éthique et de morale, disent les verts. C’est aussi le cas pour M. Courtois, qui voudrait occuper une des fonctions les plus hautes de la capitale et qui se veut le porte-drapeau du changement voulu par le MR à la Ville de Bruxelles". Ecolo/Groen dénonce "qu’une partie de l’argent public ait transité par des comptes intermédiaires avant d’aboutir dans les caisses des ASBL dont M. Courtois est gestionnaire et, in fine, sur son propre compte en banque".

Mathieu Colleyn

28/06/2012

Bruxelles-Ville: Courtois s’est payé avec des subsides bruxellois

pict_429736.jpgA force de poser des questions, on finit par obtenir des réponses. La Cour des comptes vient de transmettre au Parlement bruxellois une série de pièces comptables relatives aux activités d’une ASBL dirigée en son temps par Alain Courtois. Elles viennent confirmer un réseau de conflit d’intérêts, et pour d’aucuns, d’infractions à la loi sur les marchés publics et de captation illégale de subsides - dont le mécanisme était révélé par "La Libre" le 23 mai. Rappel, le sénateur MR fut, ces dernières années, à la tête de deux ASBL : Beltomundial, chargée d’organiser la candidature de la Belgique à la coupe du monde 2018 et Irisport, qui organise depuis 2007 une activité sportive annuelle à Bruxelles. Il est apparu que ces deux associations, largement subsidiées, ont eu pour prestataire la société anonyme E2M, créée par Alain Courtois au début des années 2000 ainsi que la société de communication Lielens, par ailleurs actionnaire d’E2M. Cette situation avait suscité des questions parlementaires du député bruxellois Emmanuel De Bock (FDF) et dans nos colonnes, le libéral, qui est également tête de liste pour les élections communales à la Ville de Bruxelles, s’était défendu en affirmant que les activités des deux ASBL visées avait été "validées" par la Cour des comptes.

Suite à ces explications, le député FDF avait envoyé une demande d’informations à la Cour, pour obtenir des données que le ministre Open VLD Guy Vanhengel avait refusé de communiquer au Parlement. Celles-ci sont arrivées au groupe FDF (ainsi qu’à la présidence du Parlement) qui les rend publics aujourd’hui. Dans le cadre d’un vaste contrôle des subsides régionaux relatifs à l’image de Bruxelles, la Cour a en fait examiné le cas de Irisport pour 2007, année de sa création. Les documents transmis sont très instructifs.

Plusieurs d’entre eux (factures, de prestations et de sponsoring) mettent en exergue que c’est bien E2M qui organisait la journée d’initiation sportive (la "Fête du sport", au mois d’août sur le site du Heysel). Pour ses bons services, la société d’Alain Courtois a facturé pour quelque 44000 euros à l’ASBL Irisport, subsidiée pour cela par le gouvernement bruxellois et, pour rappel présidée par le même Courtois. Plus surprenant encore : une facture de E2M pour 32 000 euros détaille certaines prestations effectuées par Alain Courtois lui-même : 62 heures facturées à 150 euros de l’heure via sa société. Total : 9 300 euros. Son attaché parlementaire, Steve Hendrick, apparaît lui aussi sur la facture pour un montant de 13 900 euros.

La société de communication Lielens (actionnaire de E2M) a travaillé encore plus pour Irisport. Ses factures envoyées à l’association atteignent près de 70000 euros. Ainsi, les deux sociétés privées liées de près à Alain Courtois ont capté plus de la moitié du subside régional de 220 000 euros accordé à Irisport cette année-là par les ministres Charles Picqué (PS) et Guy Vanhengel (Open VLD), tous deux compétents en matière d’image de Bruxelles.

Ceci nous amène naturellement à une autre question soulevée par le dossier. Irisport devait-elle, oui ou non, passer des marchés publics pour désigner ses prestataires ? Fin mai, le cabinet de Guy Vanhengel avait certifié que non. Étrangement, ce n’est pas ce que dit la convention passée entre Irsiport et le gouvernement bruxellois en 2007. Un document signé par Alain Courtois en tant que président de l’ASBL, Charles Picqué et Guy Vanhengel. En son article 8, il rappelle que tout personne morale bénéficiaire d’une subvention en vue de "satisfaire spécifiquement aux besoins d’intérêt général" et dont l’activité est financée à plus de 50 % par les services du gouvernement est soumise aux dispositions de la loi du 24 décembre 1993 sur les marchés publics. Or d’après les informations fournies par la Cour des comptes, le total des recettes déclarées par Irisport est de 275000 euros dont 220 000 de subsides.

Mathieu Colleyn

Bruxelles-Ville: Joëlle Milquet et le dossier Alain Courtois : "Quand on lit, c'est étonnant..."

pict_429775.jpgInvitée du 7h40 de Twizz Radio, Joëlle Milquet, a commenté l'article que La Libre consacre ce matin à Alain Courtois.

Les deux personnalités politiques sont têtes de liste à la Ville de Bruxelles pour les élections communales d'octobre 2012. La première pour le Cdh, le second pour le MR.

Selon La Libre, une partie des subventions octroyées à l'ASBL du sénateur libéral aurait été captée par des sociétés anonymes qui lui sont liées, sans passation de marché(s) public(s).

À ces faits, la réaction de Joëlle Milquet est prudente : "Je ne connais pas le dossier, j'ai été très étonnée de lire ce que j'ai lu il y a quelques jours et encore aujourd'hui. Il faut que les autorités compétentes puissent analyser ce dossier et voir si oui ou non il est fondé. Je ne vais pas jouer, parce qu'on est en campagne électorale et que c'est mon concurrent, tout d'un coup procureur par rapport à des faits que je ne connais pas. C'est vrai que quand on lit, c'est étonnant. Il semble que ce soit des pratiques qui si elles sont confirmées ne sont pas acceptables mais je ne peux pas vous les confirmer".

Le FDF, quant à lui, estime qu'il y a contournement de la législation sur les marchés publics. Didier Gosuin demande d'ailleurs au gouvernement bruxellois de saisir la justice et de se constituer partie civile (afin de récupérer ces montants). "Moi, je ne suis pas dans ces jeux-là" réagit, Joëlle Milquet qui poursuit : "Quand on veut faire la clarté sur une affaire de type judiciaire, c'est la justice qui doit s'en occuper. Je ne vais pas aller plus loin. Le tout, c'est à eux, à voir aussi au niveau du parti, en terme de règles d'éthique, ce qu'il convient de faire" La chef de file Cdh pour Bruxelles estime par ailleurs que le dossier "Alain Courtois"concerne également et singulièrement le MR.

 

30/05/2012

Antoing: Un conseiller PS en moins

Grégory Courtois ne souhaite plus siéger en tant que conseiller communal PS. Il a en effet déposé officiellement, hier matin à la Ville, un courrier annonçant qu’il se retirait du groupe politique socialiste.

"Je ne veux plus faire partie de ce groupe et je souhaite, dès le prochain conseil communal qui a lieu ce jeudi, siéger comme indépendant", a-t-il précisé.Cette décision suit logiquement celle prise vendredi dernier par Grégory Courtois et Sabine Mahieu, écartés de la liste socialiste élaborée en vue des futures élections, de créer une nouvelle liste dissidente de gauche. "Nous ne pouvions plus envisager l’avenir politique au sein d’un groupe qui nous avait purement et simplement mis sur le côté", confiait vendredi Sabine Mahieu. "La confiance et l’ambiance de travail n’auraient plus été optimales pour agir dans l’intérêt des citoyens."

Grégory Courtois assume donc dès aujourd’hui cette décision.

S. De

11:17 Publié dans Hainaut | Tags : antoing, ps, courtois | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |

26/05/2012

Bruxelles-Ville: Les affaires de Courtois gênent le MR

pict_422892.jpg

No comment chez Charles Michel. Hier, le MR s’est muré dans un silence révélateur lorsqu’il s’est agi de réagir aux informations publiées le matin même par "La Libre" au sujet de la tête de liste du parti pour la Ville de Bruxelles. Pour rappel, de lourds soupçons de conflit d’intérêts pèsent désormais sur le sénateur Alain Courtois, dont les ASBL, Beltomundial et Irisport, passaient des contrats avec la société Lielens, boîte de communication par ailleurs actionnaire de la société de management E2M... fondée par Alain Courtois.

Lire la suite