Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

14/10/2012

Le dispositif des partis dimanche soir

dispo.jpg

Les locales seront prépondérantes, mais les téléphones vont chauffer.


Les états-majors des partis auront fort à faire ce dimanche. Des dizaines et des dizaines de majorités locales pourraient se nouer en fonction des résultats communaux et provinciaux et des divers préaccords électoraux. Pour gérer tout cela, comment s’organisent les formations politiques pour valider, voire négocier directement, les alliances locales ?

Au MR, tout partira de la base, nous affirme-t-on. Les sections locales, en fonction des résultats et des affinités, négocieront elles-mêmes et en référeront à leur président d’arrondissement et à leur président provincial au sein du parti. Charles Michel ne devrait donc pas trop sortir son GSM à part, évidemment, au sujet des communes les plus importantes. En vrac : Charleroi, Liège, Schaerbeek Le MR étant un parti de municipalistes, la règle est la suivante : si les sections locales ont réellement la volonté et la possibilité de signer une coalition avec tel ou tel partenaire ou, au contraire, sont allergiques à tel ou tel, le top du MR ne s’y opposera pas. On s’attend néanmoins à de nombreuses alliances PS/MR " mais surtout parce que c’est le type de majorité qui s’impose souvent le plus clairement ", affirme une source libérale.

A Ecolo, le centre nerveux de la soirée sera situé dans les bureaux d’Ecolo à la place Flagey. C’est là qu’une équipe récoltera les résultats du scrutin au fil du dépouillement. Elle commencera vraiment son travail à partir de 18h. L’objectif est de récolter une information qui pourra être précieuse pour orienter les négociations. Les deux coprésidents passeront au QG de la soirée - et Olivier Deleuze plus longtemps qu’Emily Hoyos, mais ils n’y passeront pas toute la soirée. Les verts espèrent même qu’Olivier Deleuze soit empêché d’y passer trop de temps par une négociation qui le mènerait au poste de bourgmestre de Watermael-Boitsfort. Pour les négociations, la liberté est laissée aux sections locales. Et quand une difficulté particulière apparaît, les parlementaires de leur région pourront aussi intervenir. Pour les communes à enjeu ou les grandes villes, un contact sera établi avec les coprésidents.

Dispositif un peu comparable au PS. Le centre névralgique de la soirée électorale sera établi au boulevard de l’Empereur - siège du parti. Les experts du centre Emile Vandervelde collecteront les résultats et les disséqueront pour leurs chefs de file. Dans le vaste hall d’entrée, des boissons et des encas seront fournis pour les militants qui rallieront le QG. Un écran géant sera aussi disposé. Le président ff Thierry Giet y fera une courte déclaration au cours de la soirée. Là aussi, l’autonomie est laissée aux sections locales du PS. Là aussi, ces sections locales seront épaulées par la Fédération. Et pour les communes à enjeu des contacts seront établis avec la présidence du parti. Il n’y aura cependant pas, comme c’est le cas pour les élections régionales ou fédérale, une réunion du G9 - regroupant le président et les principaux ministres.

Le président du CDH a choisi de planter son QG électoral à Bastogne, où tout le staff de la rue des Deux Eglises sera présent durant la journée de dimanche pour centraliser les résultats. C’est là, également, que Benoît Lutgen prononcera son discours. Probablement en début de soirée. Il filera ensuite vers Bruxelles pour les débats télévisés avec une partie de son équipe. Comme les autres présidents, c’est par téléphone qu’il se tiendra informé du cours des nombreuses négociations qui se dérouleront dans les communes. Signalons que le CDH bruxellois a choisi un club de jazz du centre-ville pour gérer l’échiquier politique de la capitale qui s’annonce particulièrement épineux. On y trouvera les principales personnalités bruxelloises du parti.

Le FDF a choisi un hôtel de Woluwe-Saint-Lambert pour implanter son QG. Les résultats y seront centralisés et analysés. Pour ce qui concerne les multiples négociations qui s’engageront dès dimanche soir, l’autonomie des locales sera respectée, explique-t-on. Ce n’est "qu’en cas de problème" que le président interviendra. Olivier Maingain sera fort sollicité par les plateaux de télévision et sera naturellement informé de l’évolution de la situation par téléphone. Il sera, à n’en pas douter, en première ligne, lorsqu’il s’agira d’influencer ce qui se passera dans telle ou telle commune. Surtout à Bruxelles, où les majorités dans lesquelles on monte peuvent signifier l’opposition dans d’autres entités. Les partis ne se font pas toujours de cadeaux un soir comme celui-là.

F.C., M.Co. et V.R.

Les commentaires sont fermés.