Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

11/10/2012

Nos candidats ne sont pas pires qu'ailleurs !

Insolite, candidats, brésil, singe, empaleur, jésus japonaisCacareco, le rhinocéros

Les journalistes ont parfois de drôles d’idées. Ainsi, en 1958, Itaboraí Martins pousse à la candidature au conseil municipal de Sao Paulo, au Brésil, un rhinocéros femelle. Le but n’était que de mettre en évidence le peu des sérieux des 450 autres candidats. Au sortir des élections, Cacareco a rassemblé 100 000 voix, 15 % des votants. Il n’a pu siéger et même la demande du directeur du zoo pour qu’on lui verse le salaire de conseiller n’a pas été reçue.


Frederico, le Kennedy brésilien

Au début, le bouc Frederico n’était même pas sûr de pouvoir participer à la course à la mairie de Pilar au Brésil en 1996. On ne donnait pas cher de sa peau. Mais, malgré son origine modeste et ses problèmes d’élocution, il s’est hissé en tête des sondages et paradait dans un convoi interminable. C’est là que l’on a tenté de l’abattre d’une pluie de balles. Son succès d’abord impensable, puis attendu aura fait des jaloux. Aura-t-on alors été surpris de le retrouver un jour, la bouche écumante, dans son enclos. Le bouc est mort et la police n’a pas trouvé qui l’avait empoisonné.

Le Jésus japonais

Mitsuo Matayoshi, ce n’est pas n’importe qui. Dieu lui a parlé et l’a investi d’une mission qui n’est pas piquée des hannetons. D’abord, se faire élire Premier ministre, ce qui est mal parti, car, en douze scrutins, il a toujours échoué. Une fois Premier ministre, Mitsuo Matayoshi devra réformer le Japon. On lui proposera donc le poste de secrétaire général des Nations unies. Il pourra ainsi régner en Jésus sur le monde, ordonner à chaque pays de revenir à l’agriculture et déclencher le Jugement dernier. Il est encore loin de tout cela, mais, à force de pousser ses opposants à se faire hara-kiri, il pourrait un jour se trouver seul candidat en lice.

Le type habillé en singe

En 2002, Stuart Drummond se balade habillé en singe : c’est son job. Il est la mascotte du club de foot de Hartlepool (Angleterre). Les dirigeants le poussent à briguer la mairie pour faire de la publicité au club. Il se promène donc dans son costume étouffant, promettant des bananes pour chaque écolier. A la surprise générale, la population vote pour le singe qui n’arrive pas à tenir sa promesse : la distribution de bananes mettrait la ville en faillite. N’empêche, Stuart Drummond n’a pas démérité, car c’est le premier maire anglais à avoir remporté trois fois de suite les élections.

Jonathon Sharkey, alias "l’Empaleur"

Catcheur professionnel, Jonathon Sharkey se présente à chaque élection présidentielle américaine, au Congrès et pour être gouverneur. Il se dit descendant de Vlad l’Empaleur et défend les droits des sorciers, des satanistes et des vampires, "de vrais patriotes américains". Son programme : retirer les troupes américaines des zones de conflits et tout raser avec des bombes. Il veut aussi raser La Mecque, mais pas le Vatican, car il abrite des livres précieux. Par contre, il y enverrait bien l’armée pour qu’il puisse empaler le Pape. Bien sûr, il n’a jamais été élu. En tout cas, pour l’instant.

Un déodorant pour les pieds

La campagne électorale de 1967 bat son plein dans la petite ville équatorienne de Picoazà. Rien ne vient déranger la routine de la course à la mairie, sinon cette publicité distribuée la veille du grand jour : "Votez pour n’importe lequel des candidats, mais si vous voulez le bien-être et l’hygiène : votez Pulvapies." Si l’histoire ne dit pas si les ventes du talc déodorant pour les pieds firent un bond magistral, on sait néanmoins que les citoyens de Picoazà prirent cette promesse très au sérieux. Au point d’élire le produit manufacturé maire de la ville.

Bruno Fella

Les commentaires sont fermés.