Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

10/10/2012

Wavre: Le PS veut se refaire une place

Wavre, PS, Stéphane Crusnière, élections communalesLa pluie diluvienne a forcé les militants socialistes à se rabattre à l’intérieur d’un café. Le moment passé au marché de Wavre fut loin d’être fructueux. Difficile de donner un tract, quand les mains sont occupées d’un côté par les sacs de courses et de l’autre par le parapluie "Les gens sont aussi sursaturés de documents électoraux. On n’a pas non plus cette stratégie de distribuer à tout le monde, on dit bonjour, on voit les réactions, et on discute si c’est possible " C’est qu’à Wavre, le PS est loin d’avancer en terrain conquis. La liste du bourgmestre de Charles Michel occupe 22 sièges sur 31. Tandis que le PS, dans l’opposition un seul. Mais il existe quand même une base d’électeurs socialistes à Wavre. La preuve : le groupe va la rejoindre en ce moment.


Direction, le repas moules-frites de l’Association socialiste de la personne handicapée et des pensionnés socialistes de Wavre, à la Maison de la Laïcité. "Bon OK, ce sont déjà des convaincus , admet la tête de liste Stéphane Crusnière, veste aux couleurs du PS sur le dos et parapluie à la main. Mais ça ne veut pas dire qu’on ne doit pas les écouter " Il est à peine midi et les premiers convives sont déjà attablés. Stéphane Crusnière salue les arrivants à la porte. Comme cette octogénaire, veuve d’un ancien militant socialiste : "Ah ! si je n’avais pas accepté de mettre les affiches PS à mon domicile, il se serait retourné dans sa tombe. Si je voterai PS dimanche ? Non, moi c’est N-VA tout plein , plaisante-t-elle. C’est vrai que comme PS, on se sent un peu seuls à Wavre Un peu beaucoup !" Stéphane Crusnière se dirige vers les tables, serre les mains. Le président de l’USC de Wavre est aussi le chef de cabinet d’André Flahaut, président de la Chambre. "C’est vrai que c’est un soutien de poids, mais il n’y a eu aucune pression de sa part que je devienne tête de liste C’était un choix logique, affirment ses colistiers. Et même s’il a cette image de ‘cabinettard’, il n’est pas du tout comme ça, il a plein d’humour, de joie de vivre "

 

Pour cette convive, la nouvelle tête de liste n’est malheureusement pas assez connue. "Il est jeune, mais pas assez connu. C’est difficile de se faire connaître auprès des vieux bourgeois wavriens convaincus ! Je dis ‘bourgeois’, mais ce n’est pas méchant, hein ! Et face à Charles Michel, c’est difficile aussi " L’actuel président du MR avait explosé les records de voix de préférence en 2006. "C’est vrai que lui, il n’a qu’à se balader dans la ville, sans même distribuer de tracts ", glisse une candidate PS. "Charles Michel est très connu, c’est un excellent orateur, on le voit à la télé et c’est un plus pour la ville, mais c’est à cause de cela que nous ne gagnerons pas , se désole cette ancienne militante PS, qui attend son apéritif. C’est un homme de bon sens, il a de très bonnes idées, une équipe de femmes solides Il a réalisé une ville plus facile à vivre, mais a oublié un peu le social. Il a quelques idées sociales, mais elles doivent être appuyées." Stéphane Crusnière ne nie pas le défi. "Il est fort médiatisé. C’est nettement plus facile pour lui. On n’a pas les mêmes moyens. On est un peu les irréductibles Gaulois Face à cela, ce qu’il faut c’est mener une campagne de terrain, faire du porte-à-porte, rencontrer un maximum de gens. Je tiens aussi des permanences. On accueille les gens, on les conseille " Il ne faut pas non plus refaire les erreurs du passé. Il y a six ans, le PS, pourtant mené par Marie-José Laloy, avait perdu 4 sièges. "On n’était pas clairement identifié PS. Entre la liste "Wavre" et ce que le PS faisait aux élections provinciales à Wavre, il y avait une grande discordance. (NdlR : 7 % contre 14 %) . On est revenu à une liste PS. Il y a eu aussi la manière de communiquer, la présence sur le terrain. Avec les tracts, nous n’avions pas couvert tous les quartiers. Ici, tous les Wavriens le recevront par la Poste." Et d’ajouter : "Je pense que l’effet d’affichage a un faible impact, même s’il en faut. Mais même en terme d’affichage, les moyens ne sont pas du tout les mêmes que la LB. Il est déjà difficile de trouver des commerçants qui acceptent nos affiches, mais les d’autres passent après et mettent la pression pour qu’ils retirent l’affiche PS. Attention, je n’accuse pas Charles Michel et je ne dis pas qu’il y a un mot d’ordre. Je ne sais pas qui font ces pressions. C’est le lot de toute minorité quand il y a une majorité absolue." Pour ce participant au repas : "Ce qui serait bien c’est qu’il y ait une alliance PS-MR. " "Moi, Charles Michel, je préfère voir ses talons que ses pointes, lâche notre militante octogénaire. S’associer avec des MR ? Ça dépend lesquels !" C’est l’espoir du PS : que le MR l’accueille dans une majorité. Cela avait été évoqué il y a six ans, mais la chute du parti avait écarté l’idée. Pour cette fois, Charles Michel nous avait indiqué qu’il allait les mains libres aux élections, mais que sa liste était déjà pluraliste.

 

"Si on a cette possibilité, on la prendra. Mais ce n’est pas nous qui avons les cartes en main, rappelle Stéphane Crusnière . Une majorité absolue trop longue, ce n’est pas bon. Mais on n’ira pas au pouvoir à n’importe quel prix non plus. Ce qui fera la balance, c’est notre résultat. Evidemment, avec un élu, nous n’aurons pas le poids pour rentrer dans la majorité. Si on augmente Mais le but premier, c’est de redevenir une force politique qui compte à Wavre. Dans la majorité, ou avec une opposition constructive." Alors que les moules-frites arrivent sur les tables, chaque candidat se présente au micro : "Nous avons besoin de votre soutien. A Wavre, vous savez que le combat ne sera pas facile. "

Sophie Devillers  

Les commentaires sont fermés.