Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

10/10/2012

Charleroi: De la bonne gouvernance

Charleroi.gifDébats autour de Charleroi et de ses enjeux avec ses têtes de listes Olivier chastel (MR), Luc Parmentier (Ecolo), Paul Magnette (PS) et Véronique Salvi (CDH).


Véronique Salvi (CDH) prône la formation des fonctionnaires

"Je rappelle que la bonne gouvernance était un des thèmes essentiels de la campagne de 2006. Des progrès ont été accomplis, comme la création du Bureau d’éthique que de nombreuses villes envient maintenant à Charleroi ; mais aussi les progrès effectués en matière de procédures de recrutement et de marchés publics. On y a travaillé et on continuera à y travailler, avec les moyens financiers qui sont ceux de Charleroi. Ce qu’il faut maintenant, c’est un véritable management du fonctionnement de la ville, afin de la rendre plus efficace, plus proche des habitants. Cela ne sera possible qu’en investissant dans la formation et l’évaluation continue des fonctionnaires communaux, parce que ce bon fonctionnement doit constituer une des raisons qui incitent des habitants nouveaux à venir à Charleroi et à y créer une véritable mixité sociale."

Paul Magnette (PS) estime que la ville est maintenant sur de bons rails

"On ne peut pas nier qu’il y a eu une certaine forme de paralysie durant cette législature. Ce ralentissement a principalement été provoqué par la sortie "des affaires" ou encore par certaines tensions politiques dues à un climat de suspicion qui n’est plus aujourd’hui. Cependant, je pense que nous sommes sortis de cette situation et que nous avons retrouvé un climat favorable au redressement de Charleroi. Nous devrons maintenant nous atteler à réorganiser l’administration pour permettre à cette ville d’améliorer son fonctionnement interne. Il faut également préciser que la machine est en marche et que l’arrivée du nouveau secrétaire communal a permis à Charleroi d’être remise sur les bons rails."

Pour Luc Parmentier (Ecolo), il reste de nombreux problèmes à régler

"Il n’y a pas que l’huile qui fait défaut, il y a aussi quelques engrenages, des pièces, des fonctions manquantes dans la machine. Un exemple ? A l’Aménagement du territoire, il faut un an pour obtenir un permis de bâtir. A l’Etat-civil, si vous avez le ticket 18 pour obtenir un permis de conduire, bonne chance ! Le bureau d’études de la ville ne fonctionne plus du tout, on a décidé d’externaliser, et c’est Igretec qui s’en occupe maintenant. Et à l’intérieur de l’administration, autre exemple, la direction des Bâtiments n’a pas de directeur et n’a pas l’air de vouloir en chercher un. Dans ces conditions-là, vouloir lancer un moteur, quand il y a des pièces absentes, ça ne peut pas aller. Et même si on parvient à démarrer, au moment de passer en deuxième, l’embrayage va casser !"

16 % seulement du budget extraordinaire concrétisés, selon Olivier Chastel (MR)

"C’est plutôt vrai. Dorénavant, des règles de bonne gouvernance existent, mais nous avons manqué de moyens, de personnel et singulièrement de personnel d’encadrement qui nous auraient permis de faire appliquer ces bonnes décisions. A titre d’exemple, au compte 2011, 16 % seulement du budget extraordinaire ont été concrétisés : nous n’avons pas pu utiliser les budgets prévus pour les bâtiments et les voiries, entre autres. C’est bien la preuve d’un manque de personnel, de conception, de contrôle, de suivi. Ce qu’il nous faut aussi restaurer, c’est la motivation au sein de toute l’administration. A cet égard, l’arrivée d’un nouveau secrétaire communal, qui a fait ses preuves au CPAS, est enfin un bon signal, après des années d’errements divers."

 

Les commentaires sont fermés.