Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

10/10/2012

Bruxelles: Les loyers s’envolent

immobilier.gifPas besoin d’être un Prix Nobel pour s’en rendre compte, se loger coûte cher à Bruxelles. Ces dernières années, les loyers ont considérablement augmenté quoique de manière très inégale, dans les 19 communes de la capitale. Et en cette période électorale où la thématique du logement se retrouve au cœur de tous les programmes de partis politiques, la section bruxelloise du Parti du travail de Belgique (PTB) s’est attelée à comparer les chiffres repris dans le dernier rapport de l’Observatoire bruxellois des loyers. Les conclusions sont sans appel.


Lorsqu’on compare l’évolution du loyer moyen entre 2006 et 2011, soit le temps de la dernière législature, c’est Watermael-Boitsfort qui arrive en tête. En six ans, le loyer moyen y est passé de 563 à 808 euros, soit une augmentation de 43,5%. Un chiffre à nuancer toutefois, puisque si on ne tient compte que des trois dernières années, la commune de Martine Payfa est bien plus loin dans le classement (+9,78%). Ces trois dernières années, c’est en réalité à Ixelles que les loyers se sont le plus envolés (+30,5%). Derrière elle, on trouve Koekelberg (+22,13%), Forest (+20,5%), Saint-Gilles (+18,86%) et Molenbeek (+18%).

Rien de surprenant là-dedans, lorsqu’on connaît l’attrait de la cité de l’Aulne, notamment chez les Français et les expatriés. Mais, pour le PTB, le fait de trouver Saint-Gilles et Molenbeek dans le top 5 est révélateur d’une politique de gentrification qui y est menée par les autorités communales. "Dans le haut de Saint-Gilles et le long du canal, on a cherché à attirer des promoteurs immobiliers privés pour rénover ces quartiers", explique Benjamin Pestieau, porte-parole du PTB pour la région bruxelloise. "Le résultat est une augmentation spectaculaire du prix des loyers dans ces deux communes qui figurent pourtant dans le top 3 des communes les plus pauvres de la capitale."

Ces chiffres, conclut Benjamin Pestieau,"montrent que la gentrification d’un quartier ne résout pas les problèmes de logement à Bruxelles. Les politiques menées par le parti socialiste n’ont pour effet que de déplacer la pauvreté ailleurs."

A Saint-Josse, paradoxalement, le loyer moyen est resté très stable ces six dernières années: +12,1%, soit une augmentation presque nulle si l’on tient compte de l’inflation durant cette période (11,23%).

Saint-Josse, la commune bruxelloise où le revenu par habitant est le plus bas, et aux commandes de laquelle on trouve pourtant aussi un bourgmestre socialiste.

Grégoire Comhaire

Les commentaires sont fermés.