Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

09/10/2012

Tubize: le MR, pour exister, devra jouer les arbitres

tubize,mr,raymond langendries,mlr,renouveau communal,cdh,lyseline louvigny,élections communalesVeste bleue, sac estampillé MR, et bien sûr petite carte aux couleurs du mouvement réformateur Le groupe de candidats MR annonce la couleur aux chalands du marché de Tubize. Dans la commune, c’est quasi inédit Cela fait au moins trente ans - la dernière fois, c’était à la fusion des communes !- que les libéraux n’avaient pas présenté une liste unifiée sous le sigle du parti à Tubize. En outre, ils étaient jusqu’ici divisés entre la liste MLR, qui n’avait obtenu aucun siège en 2006, et le Renouveau communal du bourgmestre Raymond Langendries (CDH). La seule élue dont dispose actuellement le MR, c’est Lyseline Louvigny, qui figurait auparavant sur la liste RC et qui accompagne aujourd’hui sa tête de liste Pierre Pinte. "On est un peu des Ovnis, ici " , admet ce dernier. "Je peux vous donner ma petite carte, pour que vous pensiez à moi dimanche prochain ?" "Ah, oui, je vous ai vu hier à la télé au débat de TV Com . Vous avez bien parlé Mais moi, je suis pour le parti de Samuel ".


Deuxième essai un peu plus tard avec un autre jeune électeur potentiel. Et même réaction. "Samuel", c’est Samuel D’Orazio, le fils du toujours célèbre syndicaliste Roberto, et qui est tête de liste DPS, qui formait la majorité avec le RC et le DS d’Alain Rosenoer. Pierre Pinte, lui, s’étonne : "ils aiment bien ce que je dis, pourtant eux, c’est la gauche de la gauche " D’autres chalands ont aussi remarqué les prises de bec entre Pierre Pinte et le bourgmestre lors du débat. "Avant nous, il avait le monopole du centre-droit", analyse Pierre Pinte. Une dame accepte la carte, mais confie qu’elle votera sans doute PS. "Ici, c’est plutôt socialiste ." A Tubize, on peut évaluer le poids potentiel "rouge" à un peu plus de 50 %, si l’on cumule les nombreuses listes se positionnant à gauche. Cette fois, cependant, deux des listes seront réunifiées sous le sigle PS. "C’est vrai que la majorité de centre-droit à Tubize, c’est un peu surprenant", estime Pierre Pinte. Et une liste MR à Tubize n’est-elle pas en décalage avec la population ? "Je ne vais pas enlever mon costume pour venir au marché, rigole le jeune candidat David Willems, un commercial venu "tracter" entre deux clients. Je ne vais pas me renier. Et il y a beaucoup de jeunes comme nous à Tubize. Il y a beaucoup de nouveaux habitants qui arrivent à Tubize, de Bruxelles, des communes libérales du reste du Brabant wallon. Pour le MR, il y a un chouette coup à jouer."

"C’est un cliché !, répond quant à lui Pierre Pinte. Et ce qui est agaçant dans ce cliché, c’est que la gestion de la ville en pâtit. Pourquoi est-ce qu’on devrait avoir une commune de moindre qualité, disons, qu’à Ittre, sous prétexte qu’on est à Tubize ? Il y a des poches de précarité - et pour lesquelles il faut travailler - je n’en disconviens pas. Mais à Tubize, il y a aussi une classe moyenne et supérieure. C’est 30 % de la population !" Et de poursuivre, à son propre sujet : "Je ne vois pas en quoi avoir un jeune qui crée son entreprise, qui a fait des études supérieures - un exemple de la Wallonie qui gagne - à Tubize, soit paradoxal ? Oui, c’est paradoxal avec l’image que l’on a de Tubize à l’extérieur. Mais pourquoi Tubize n’aurait-elle pas droit à la Wallifornie ?"

 

Cette dame, elle, se saisit de la carte avec le sourire. "Je suis commerçante, alors je me réjouis que le MR soit présent à Tubize. Mon mari, lui, restera fidèle au bourgmestre, mais moi je voterai MR " Cette autre électrice potentielle est plus dubitative : "Le MR, c’est un peu une voix perdue. Et puis Pierre Pinte, je ne le connais pas...Il est nouveau, non ?" En effet, venu de Waterloo, la tête de liste libérale ne s’est installée à Tubize qu’il y a un an. Tout d’abord chargé de la mission de rassembler les réformateurs divisés, il est devenu tête de liste, et a déménagé. Pour cette autre chalande abordée, qui ne veut rien laisser deviner de son choix futur, ce n’est pourtant "pas un problème." "Il faut qu’on lui laisse sa chance. Et puis un nouveau, ça peut faire beaucoup de changement..." Pierre Pinte, lui, est convaincu que cette faiblesse peut se transformer en force. "Cela peut être un atout. Le climat politique est tellement détestable à Tubize et les litiges tellement nombreux, que je suis aussi un interlocuteur vierge. En plus, j’ai une expérience politique importante, je sais comment fonctionne une commune. J’aurais pu rester dans mes pantoufles. J’avais un avenir politique à Waterloo... Enfin, la politique de bon-papa où on élit celui qui a grandi ici a fait son temps..." Dans le marché, entre les vêtements pendants sur leur cintre, et les senteurs de poulets rôtis, la balade continue. Après un militant de la liste Ecolo, c’est la tête de liste "Tubize Autrement" que le groupe croise. Saluts et poignées de main sont échangés. "J’essaye de respecter tout le monde, comme ça tout le monde me respecte", dit Pierre Pinte.

Car la stratégie du MR de Tubize est claire, pouvoir faire l’appoint du côté de l’opposition PS-Ecolo actuelle ou de la majorité. "Le MR pour réussir son pari doit être un arbitre dès 2012." Pierre Pinte ménage la chèvre et le chou . "On a une connivence avec Ecolo, du respect pour le PS, le RC, on verra avec lequel on trouvera un terrain d’entente. On part de rien et on ne sait pas faire de projection. Un siège ? Quinze sièges ? La seule chose qu’on peut examiner, c’est la sociologie de la commune, et il y a du potentiel. En tout cas, il faut que la majorité change. Est-ce que cela doit passer par un changement du bourgmestre ? Je ne suis pas sûre que ce soit le plus important..."

Sophie Devillers

Les commentaires sont fermés.