Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

09/10/2012

Liège: Ecolo face aux pépins du réel

Ecolo.gifLe 8 octobre 2006, Ecolo sablait le champagne à Amay où Jean-Michel Javaux, s’élevant à la hauteur du PS, allait bientôt cueillir le maïorat. Sombre dimanche, par contre, à Liège où le score vert tombait à 12,2 % contre 15,4 en 2000, résultat alors boosté, il est vrai, par la crise de la dioxine.


La différence a tenu au leadership, bien sûr, un problème récurrent dans ce parti qui, en Cité ardente, préféra miser sur la jeune Bénédicte Heindrichs plutôt que de placer en tête de liste un Bernard Wesphael appelé à connaître encore bien d’autres frustrations. Si les 11,5 % prédits par le sondage Dedicated Research-LLB-RTBF (LLB, 7/9) se confirment, il sera grand temps, chez les stratèges de la rue En Hors-Château, de se demander si la politique n’est pas quand même, aussi, un peu, une question de personnes

Outre cette dimension, les écologistes ne sont guère à l’aise dans les scrutins locaux. Au regard de leur poids dans les assemblées fédérale et fédérées, le nombre d’échevins qu’ils peuvent aligner apparaît dérisoire. Si 12 % des électeurs ont voté pour eux en 2006 à la Province de Liège, ils ne sont présents comme tels que dans les collèges communaux de Braives, Fléron (au siège arrière d’un tandem PS d’abord puis IC) et Villers-le-Bouillet. Sous des appellations de cartels, on en trouve encore à Pepinster et Baelen. Ils ont aussi fait partie, un temps, de la majorité hutoise, mais tous les partis y sont passés.

Les filets seront-ils mieux remplis cette fois-ci ? Pas sûr, pas sûr du tout même, dans la mesure où Ecolo participe depuis 2009 au pouvoir régional et qu’en pareil cas, ses électeurs ont tendance à le punir. Le contraire serait en tout cas surprenant à Verviers, après l’aval donné par le ministre Henry au complexe CityMall qui entraîna non seulement l’entartage de la star Javaux mais surtout la démission du leader historique local Dany Smeets du Conseil communal.

Circonstance aggravante : la crise, sidérurgique notamment, a rendu moins audibles les thèmes privilégiés des Verts, qui ont en outre perdu avec les années de leur originalité. Dans ce contexte, les concurrences du PTB + et, à Liège, de Vega pourraient grignoter, outre le PS, un parti écologiste lui aussi alternatif à ses débuts, mais considéré aujourd’hui comme "entré dans le système", le péché irrémissible.

Qu’espérer alors ? Garder le bastion d’Amay, sans doute, et se rendre indispensable à Sprimont grâce à la locomotive Henry. Restent les communes où le jeu est ouvert et où il serait possible de (re) faire l’appoint d’une majorité, comme Aywaille, Esneux, Huy, Oupeye, Villers, Visé Mais dans ce rôle, il y en a d’autres en lice.

Paul Vaute

Commentaires

Surtout, la politique grand écart d'écolo, son retournement de veste presque systématique une fois engagé dans ce qu'il appelle "real politic" (en fait, du consensus mou), et la difficulté qu'il éprouve à appliquer une vraie politique urbaine, va fortement le freiner. La clientèle Ecolo aujourd'hui, c'est le proprio de 4 façades loin de tout, en lotissement, panneaux solaires sur le toit (qui engendre une augmentation des tarifs électriques pour les moins chanceux), voiture "eco" garée devant grâce aux primes, et une politique du transport public laissée aux mains d'un ministre qui n'a aucune conscience des enjeux urbains et de la gestion du territoire urbain. (si ce n'est pas le cas, c'est encore plus grave...). Perso, j'en ai assez. D'autant que ce parti "ouvert" refuse tout débat. Je parle en particulier de Liège, car je sais certaines locales plus actives ou cohérentes. Quand elles ne se mettent pas en cartel avec le MR. Liégeois, le dossier TRAM, entre autres, m'a ouvert les yeux...J'adhère désormais à VEGA.

Écrit par : Alain | 09/10/2012

Alain, votre encart publicitaire pour l'extrême gauche n'a qu'un seul objectif: qu'Ecolo change et vous intègre. Mais votre discours doctrinal est justement ce qui a souvent conduit Ecolo à l'échec. Le parti a désormais mis ses théories à l'épreuve du réel, est devenu plus crédible, plus flexible. Vous croyez sérieusement que Liège a besoin qu'on interdise à tous prix qu'un rurbain mette le pied en ville ? Pour Vega, les panneaux solaires sont-ils si obsolètes ? Pour Vega, les voitures qui consomment moins sont à bannir ? Pour Vega, le tram doit ceinturer la ville et pas la connecter avec ses quartiers et villes périphériques. Quelle affligeante et égoïste position.

Écrit par : Laurent Redondo Sanchez | 09/10/2012

Les commentaires sont fermés.