Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

02/10/2012

Le désintérêt des jeunes

jeunes.gif

De nombreux jeunes disent ne pas s’intéresser à la politique : c’est le constat dressé par le Conseil de la jeunesse, organe officiel d’avis des jeunes de la Communauté française, qui a sondé mille d’entre eux en prévision du scrutin du 14 octobre.


Parallèlement, les répondants ont pointé le manque d’informations claires et adaptées dont ils disposent.

Reste que, quand on les consulte, les jeunes fourmillent d’idées pour améliorer la vie au niveau local. Idées compilées dans un mémorandum, transmis au monde politique francophone.

Au premier rang de leurs préoccupations : les espaces verts dans les villes; les infrastructures pour la mobilité douce (pistes cyclables, espaces piétonniers, etc.); la réhabilitation des logements vides et/ou insalubres; des infrastructures de loisirs de plein air adaptées à tous les âges et gratuites; la redynamisation de la vie des quartiers; la création de groupes d’échanges locaux; une meilleure offre de transports en commun le soir et la nuit Les jeunes réclament aussi qu’on assure leur sécurité dans les espaces publics.

Voilà qui renverse les perspectives : les jeunes sont en général les fauteurs désignés d’insécurit...

La rédaction

Commentaires

o C’est vraiment dommage que l’on s’efforce de maintenir une démocratie de proximité qui n’a plus de raison d’être depuis la fusion des communes. Les élus ne sont plus représentatifs de la population car, d’une part, les entités sont trop grandes et les citoyens ne se connaissent plus, et, d’autre part, les acteurs les plus actifs n’ont plus le temps de s’investir dans la vie associative compte tenu des contraintes de la vie économique. Cette non représentation est accentuée lorsque les communes acquièrent un caractère de cité dortoir.


Il serait temps de revoir ce système du moyen-âge au profit de la professionnalisation des Bourgmestres, un peu comme en Hollande, ou de nommer des City Manager, comme au USA voire un Fonctionnaire dirigeant à compétence élargie. L’inertie et le manque de maturité de l’électorat conduit de toute façon au maintien pendant des décennies des mêmes individus dont les compétences sont parfois très loin d’être au rendez-vous.


Au cours de ma carrière de contrôle, j’ai souvent constaté que les organisations les moins bien gérées étaient celles qui possédaient des organes élus dont les membres ne comprenaient rien à la gestion et n’étaient pas en mesure de se former par manque d’intérêt ou des connaissances élémentaires.


La représentation de la population est une chose très importante dans les niveaux de pouvoir où le caractère législatif prime mais ne l’est certainement pas dans les entités où un bon City Manager est suffisant pour veiller à une bonne gestion et à offrir un service public correct.


La démocratie locale n’est plus, depuis de nombreuses années, adaptées aux réalités sociologiques de notre pays, elle coûte cher et est devenue un modèle de gestion à proscrire. Qui est vraiment l’élu communal, alors que les budgets sont importants et que les deniers viennent directement et indirectement du prélèvement sur les revenus des citoyens actifs, qui comprend ce que représente le budget et les comptes ? Il fera souvent confiance à l’un ou l’autre élu plus averti ou considéré comme tel. Oui, c’est vraiment un modèle de gestion déplorable que le législateur devrait proscrire et remplacer favorablement par le City Manager.

Les hommes politiques ne seront jamais d’accord de faire les réformes nécessaires tant que la fonction de Bourgmestre restera une base arrière, bien payée, en cas de traversée du désert. Or ce semblant de démocratie locale coûte cher aux citoyens mais on préfère la maintenir et prendre de l’argent aux contribuables.

Écrit par : JANSSENS CLaude | 02/10/2012

Les commentaires sont fermés.