Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

02/10/2012

Watermael-Boitsfort: La double campagne d’Olivier Deleuze

deleuze.gif"J’ai parfois envie de faire un scandale." Le regard est espiègle. Balai à la main, Olivier Deleuze (Ecolo) mime le surcollage d’une affiche d’un de ses concurrents du MR. Nous sommes au rond-point des Trois Tilleuls, au cœur de Watermael-Boitsfort, commune du sud de Bruxelles, et le soleil de ce dimanche rend, visiblement, le coprésident d’Ecolo de "très bonne humeur ". "Ce matin, c’est opération collage , explique-t-il, accompagné de ses colistiers, Tristan Roberti et Hugo Périlleux Sanchez venus donner, à vélo, "une seconde vie" aux affiches vertes. Une Boitsfortoise d’origine africaine s’arrête. "Vous vous présentez avec les Flamands ?" s’étonne-t-elle. "Oui, ils sont à Bruxelles et on ne va pas faire semblant qu’ils ne sont pas là. Ils veulent la même chose que nous" , assène l’un des fondateurs du parti vert. Et de se permettre une envolée lyrique sur son parti : "Ecolo, c’est la démocratie tranquille, comme Watermael-Boitsfort. Mais notre commune est aussi fière de sa mixité. Regardez, nous sommes mélangés ici et chacun se respecte" , dit-il en se rapprochant de la femme, tout en lui montrant leurs différences de couleur de peau.


Le groupe de cyclistes s’en va, passe devant le marché dominical de Boitsfort, sans s’arrêter. "J’y vais une fois toutes les deux semaines, mais pour y acheter mes légumes, pas pour faire campagne" , affirme l’ancien secrétaire d’Etat. Un peu plus loin, Hugo passe sur les épaules de son coprésident pour coller une affiche. "Regardez comme je pousse la liste" , rigole ce dernier.

Olivier Deleuze a récemment confirmé que, malgré le fait qu’il n’était pas tête de liste, il était bien le candidat bourgmestre d’Ecolo dans la commune du sud de Bruxelles. "C’est clair comme le beau ciel d’aujourd’hui , confirme-t-il. L’équipe a fait un boulot extraordinaire (NdlR : Ecolo fait partie de la majorité boitsfortoise), mais nous voulons au moins un maïorat à Bruxelles et pour les communales, on a décidé de davantage personnaliser nos campagnes. Je ne suis peut-être pas le meilleur, mais je suis le plus connu."

Cap sur Braine-l’Alleud. La campagne de M. Deleuze se joue à deux niveaux : "fédéral et communal". "En tant que coprésident d’Ecolo, je me dois de soutenir d’autres listes à travers Bruxelles et la Wallonie. C’est important, cela leur donne de l’énergie." Dans le Brabant wallon, l’ancien employé de l’Onu est attendu de pied ferme par la liste locale. La question lui est à nouveau posée : bourgmestre et coprésident, deux fonctions compatibles d’après les statuts d’Ecolo ? "Selon moi, on peut tirer sur l’élastique et là c’est la limite" , explique Corentin Roulin, candidat à Braine-l’Alleud. "S’il a envie de s’occuper de crottes de chien et de permis d’urbanisme, pourquoi pas ?" lance un autre candidat. "Jean-Michel Javaux a prouvé que c’était possible, enchaîne Olivier Deleuze. Chez Ecolo, on a l’avantage d’être deux présidents, on peut donc aussi se répartir les tâches. C’est juste une question d’organisation."

A Braine-l’Alleud, le passage du candidat boitsfortois ne passe pas inaperçu. "De loin, je vous avais pris pour Louis Michel" , rigole un commerçant. "Bienvenue à Braine-l’Alleud, M. Deleuze , salue un candidat "indépendant" de la liste locale du bourgmestre. Avant de nous expliquer, en aparté : "Ah, il se présente à Bruxelles ? Faire une double campagne, c’est risqué et à double tranchant. Tout le temps qu’il passe ici, il ne le passe pas à Watermael-Boitsfort."

L’homme à la moustache longe le marché bio mis en place par la section brainoise d’Ecolo. "Olivier, tu te souviens de ce que tu fais ici ? Tu dois aller causer !" lui rappelle Thérèse Snoy, la tête de liste. Le coprésident improvise un rapide discours sur le "remède écologiste face à la société d’épuisement". Le temps de grignoter une carotte et retour à Watermael. "La semaine prochaine, vous ne me voyez plus. Je suis dans ma commune et je n’en sors plus" , affirme Olivier Deleuze qui s’énerve lorsqu’on évoque un "parachutage politique" dans l’entité bruxelloise. "Mais nom de Watermael, c’est chez moi depuis 1989. Mes enfants y jouent au rugby et vont dans les écoles communales." Et de rajouter : "Je n’ai jamais été conseiller communal et c’était une décision personnelle de ne pas m’engager politiquement dans ma commune. Mais la donne a changé et aujourd’hui je me présente avec beaucoup d’ambitions."

L’ancien secrétaire d’Etat retrouve Tristan Roberti et Anne Depuydt, la tête de liste d’Ecolo à Watermael sur le plateau de la Foresterie de Boitsfort. Les trois Ecolo sont penchés sur un plan, en compagnie de deux jeunes femmes en tenue de cavalière. Les mines sont sévères. Le manège local veut davantage de place dans le nouveau projet d’aménagement du plateau et reproche au club de rugby d’être trop gourmand.

Olivier Deleuze examine les plans, tripote sa moustache et lance : "Cela doit pouvoir se goupiller avec un peu d’imagination. Je vais m’en occuper." Avant de se reprendre : "Attends Olivier, tu n’y es pas encore." Le coprésident s’emballe. "Vous voyez, c’est formidable, chacun vient avec ses idées. On discute, on trouve des solutions. Les grands débats sur la sortie du nucléaire, cela me passionne aussi. Mais la vie est plus intéressante que la théorie."

La bourgmestre de Watermael-Boitsfort, Martine Payfa (FDF), a récemment reproché à M. Deleuze de fuir le débat avec elle. "C’est faux. Nous allons d’ailleurs bientôt avoir un débat sur votre site Internet et je suis impatient de pouvoir développer mes idées. Mais nous ne voulons pas faire une campagne anti-Payfa, non plus." Tout en rajoutant : "Ceux qui veulent du changement à la tête de Watermael-Boitsfort savent pour qui voter."

Raphaël Meulders

Commentaires

J'habite Watermael-Boitsfort depuis plus de 20 ans et jusqu'à présent je n'ai pas entendu les arguments , les projets d'Olivier Deleuze pour notre commune. Que veut-il y faire ? C'est bien beau de dire "je suis candidat bourgmestre, voilà , c'est tout" Et après ?
En-dehors du symbole d'être le premier bourgmestre écolo de la région de Bruxelles, qu'est ce que cela va apporter aux habitants de Watermael-Boitsfort ?

Écrit par : Francoise | 03/10/2012

Les commentaires sont fermés.