Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

28/09/2012

Wezembeek-Oppem: Trois fois convoqués

Francois-van-Hoobrouck.gif

Surprise. Signée du bourgmestre MR de Wezembeek-Oppem, commune à facilités de la périphérie bruxelloise, la distribution des convocations électorales "communales" a démarré. En mode étrange. Le maïeur François van Hoobrouck indique en effet que l’ensemble de ses administrés-électeurs ont reçu leur convocation en néerlandais. Les électeurs francophones ont, en plus, reçu un document en français. Ceux-ci auront donc reçu un total de trois convocations pour le scrutin communal du 14 octobre: un premier envoi, contesté, du gouverneur du Brabant, et les deux évoqués à l’instant.


Cette initiative maïorale en a surpris plus d’un en périphérie, y compris dans le collège de Wezembeek. L’échevin MR Frédéric Petit, qui tire la liste du bourgmestre, ne s’attendait pas à cela et assure qu’il ne s’agit pas d’une décision du collège. Partout, l’on s’attendait plutôt à ce que chaque électeur reçoive sa convocation dans sa langue, dans l’esprit de la loi fédérale.

Ce sera le cas à Rhode-Saint-Genèse et à Linkebeek. Alors qu’à Crainhem, la bourgmestre confie qu’aucune décision n’a encore été prise. Rappelons que les majorités en place à Drogenbos et à Wemmel, les deux autres communes à facilités du Brabant flamand, ont décidé de ne pas envoyer de convocations étant donné l’envoi du gouverneur. Celui-ci sera toutefois contesté devant le Conseil d’Etat par les autres communes où l’on estime que la démarche de la Province, initiée à la demande du gouvernement flamand, est illégale.

De cet imbroglio, découleront sans aucun doute de nouvelles passes d’armes communautaires au lendemain des élections. Rappelons que ce sont des envois tels que décidés à Linkebeek et à Rhode qui avaient conduit à la non-nomination de trois des six bourgmestres des communes à facilités après le scrutin de 2006. Le problème risque donc de se poser à nouveau. Mais la sixième réforme de l’Etat a changé la donne entre-temps. C’est désormais l’assemblée générale du Conseil d’Etat, présidée alternativement par un néerlandophone et un francophone, qui tranchera les éventuels recours liés à la désignation des bourgmestres. Le nouveau système, qui prévoit par ailleurs un retour de la décision au niveau du conseil communal, devrait donc subir un test explosif dès cette année.

M. Co.

Les commentaires sont fermés.