Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

28/09/2012

Namur: Prévot, bête politique "todi su’l voye"

Maxime-Prevot.gif

Maxime Prévot, 34 ans, figure en vue du CDH, brigue le mayorat de Namur. Il mène une campagne de proximité, “sans tract”, mais un verre à la main.

Jean-Bernard, l’organisateur de "Temploux en fête", trépigne à l’entrée de la tente, guettant la rue encore vide. A côté de la salle Saint-Hilaire, au cœur du village namurois, les membres des confréries ont déjà étalé leurs spécialités : Blanche de Namur, Gribousine de Malonne, Mais pour débuter les festivités, lever "les couleurs" du village et surtout le premier verre, on attend un hôte de marque : le "maïeur". Avec une dizaine de minutes de retard, Maxime Prévot, 34 ans, figure en vue du CDH, bourgmestre de Namur depuis le retrait de Jacques Etienne en mars, fait son entrée. "Désolé , glisse le retardataire, en jeans et pull beige, je viens juste de la kermesse de Naninne. " Sans plus perdre de temps, il prend d’assaut la foule. Il embrasse chaque membre de la confrérie, tape sur les épaules, sert les mains "Ah, on voit que c’est les élections , chuchote une Temploutoise. Forcément, on les voit davantage maintenant De toute façon, moi je voterai pour un Temploutois. Comme ça, on sera représenté Mais lui, on ne le connaît pas encore bien. Même pas du tout !" Avant l’apéritif, c’est l’heure des discours de bienvenue. Le jeune "maïeur" ne rate pas l’occasion : "Temploux avait été trop longtemps délaissée par la Ville de Namur. On a essayé de rattraper le retard. On a investi : l’école, le hall de sport "

Dans l’assistance, Anne Barzin, échevine MR, qu’il saluera d’une "betche" un peu plus tard, le président du CPAS Ecolo Philippe Defeyt, et même Pierre-Yves Dupuis, Temploutois et numéro 2 de la liste PS, dans l’opposition. " Oui, on se salue , dit celui-ci. A la fête de Temploux et même en dehors ! C’est convivial ici." Même si le PS est considéré comme le rival direct du CDH actuellement en majorité avec les libéraux et Ecolo, ou que le MR pourrait bien jouer les arbitres entre oranges et rouges, au soir du scrutin " A 6 ans à travailler ensemble, on a créé des liens d’amitié, estime le candidat bourgmestre Maxime Prévot. Pour la suite, les jeux sont très ouverts à Namur." Et il le réaffirme : aucune exclusive, mais pas question pour lui d’être l’échevin d’Eliane Tillieux, la socialiste qui brigue, elle aussi, le mayorat namurois

Le conseiller communal Hubert Sauvage, qui affiche son rang sur la liste Ecolo au dos de son tee-shirt, est lui aussi en campagne. " A chacun sa manière. Maxime, c’est une vraie bête politique ! Il est partout. Il passe son week-end à faire ça : serrer des mains, dire bonjour Je crois qu’il s’y prête volontiers. Il boit son verre sincèrement. Maintenant, il y a aussi une part de jeu." Le député bourgmestre namurois, champion des voix de préférence dans le canton en 2010, entame à présent - à plein poumon et en chœur avec la fanfare - le "Bia Bouquet" en wallon dans le texte. Avant d’être invité à présenter les armes, et d’avaler le petit verre de fine Napoléon cul sec, tiré du tonneau d’une cantinière. "Il faut avoir le foie à toute épreuve , rigole-t-il, en acceptant une bière. J’essaye de me restreindre, mais parfois c’est difficile " Un septuagénaire le salue : "Comment ça va, maïeur ?" "C’est un bon maïeur , confie Guy, 70 ans. Jacques Etienne, on ne l’a pas oublié, mais il avait fait son temps. On peut maintenant vivre avec un nouveau. Faire arriver Maxime Prévot avant les élections, c’était une manœuvre politique. Et pas une mauvaise, d’ailleurs On commence à le connaître maintenant. Et il se débrouille !"

Le retrait du bourgmestre CDH Jacques Etienne lui a permis de prendre son envol et d’imprimer une dynamique, admet le jeune homme. Mais il affirme qu’il n’a pas "de déficit de notoriété" à rattraper, vu son passé d’échevin sur le terrain. "J’aime le contact avec les gens. J’aime serrer des mains, donner des betches. Je ne joue pas. Durant cette campagne, je vais aussi dans les endroits où je me rends d’habitude, sans cartons, sans tracts. Sinon, ça sonnerait faux. Et c’est aussi dans ces moments de contacts directs, de proximité, qu’on peut faire un travail de pédagogie."

Accoudé à une table, il entame la conversation avec Yvonne et ses amis : "Ah ! Yvonne, le deuxième prénom de ma fille " Sous le charme, elle demande une photo avec le fringant bourgmestre. Qui s’y prête de bonne grâce, mais tente de ramener la conversation aux choses sérieuses : "C’est mieux Temploux, maintenant, non ? Avec le hall, l’école ?" Yvonne, elle, semble plus intéressée par un problème de taque d’égout dans sa rue. Le bourgmestre sort son smartphone, note l’information. Autour de la table, on compatit aussi à l’agenda chargé du candidat. "C’est todi su’l voye, convient l’intéressé en wallon , mais c’est bramin de plaisir " Robert n’exclut pas de lui donner sa voix. "Il est jeune. Il faut en profiter. Le parti ? Aux communales, c’est pour l’homme qu’on vote. Et il est bien sympathique " Cinquante-huit pour cent des Namurois lui accorderaient d’ailleurs leur confiance, selon un sondage "La Libre".

"Allez, quelqu’un prendrait bien un verre !" Maxime Prévot va chercher la bouteille de vin offerte par les organisateurs et une pile de verres de plastique. Chacun trinque : "Je ne payerai jamais la tournée générale à cinquante personnes, en disant : ‘Allez c’est le maïeur qui régale’ , argumente le candidat. J’offrirai un verre aux quatre ou cinq personnes avec qui je parle . Comme je le fais d’habitude pendant l’année. Ni plus ni moins. On m’offre bien des verres Je ne vais pas jouer le radin parce qu’on est en campagne !" La tête de liste CDH reconnaît qu’un candidat bourgmestre refusant tout "p’tit verre" "passerait mal" auprès des Namurois. "Mais j’aime aussi cela. J’ai fait partie des cercles estudiantins, j’aime festoyer. Mais les gens reconnaissent aussi ma capacité à gérer de grands dossiers, que je suis un bosseur "

Car ces samedi et dimanche de septembre, où les braderies ou les fêtes de quartier ont alterné avec les réunions de travail, étaient au fond "un week-end classique" , pour Maxime Prévot.

Sophie Devillers

11:05 Publié dans Namur-Luxembourg | Tags : prévot, namur | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.