Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

28/09/2012

Liège: tendance violette

Liege.gif

Le récent sondage réalisé par Dedicated Research pour "La Libre" est éclairant. A Liège-Ville, le PS, déjà vainqueur haut la main en 2006, doublerait la mise et frôlerait la majorité absolue. Il semble donc que celui qui est bourgmestre depuis 1999, à savoir Willy Demeyer, n’a pas grand-chose à craindre. Derrière le mâle dominant que resterait le PS, on trouve non pas son partenaire actuel à la Violette, soit le CDH, mais bien le MR, déjà second, il y a six ans. Un MR désormais orphelin, en Cité ardente, de son ancien leader Didier Reynders, parti en terres uccloises, mais qui, paradoxalement et malgré une campagne qui peine à décoller, sauverait donc plutôt les meubles. Et ce malgré le fait que l’ambiance interne n’y est pas vraiment au beau fixe.


Si l’affrontement Demeyer/Reynders n’est plus à l’ordre du jour, ce n’est pas pour autant que les autres grands partis en profitent. Ainsi, malgré l’arrivée en terres liégeoises d’un renfort de poids en la personne d’Anne Delvaux, le CDH du Premier échevin Michel Firket peinerait visiblement à enrayer une chute entamée de longue date. Et ce n’est pas beaucoup mieux du côté d’Ecolo, dans l’opposition à Liège, qui a dû, lui aussi, faire face à d’importantes contradictions internes et qui souffre, en outre, d’un déficit d’image. Plus que jamais, et même s’il faudra aussi tenir compte du score des petites listes telles que celles du PTB ou de la coopérative Vega (verts et à gauche) ainsi que d’éléments exogènes comme l’impact du dossier ArcelorMittal ou encore l’image du gouvernement Di Rupo, la tendance à Liège, où la campagne se fait sur le bilan, est à une coalition de type violette, associant le PS et le MR.

Une alliance qui serait recherchée ailleurs dans la province et qui est, en outre, déjà en cours depuis 1981 au niveau de l’institution provinciale. Ailleurs, venons-y et notamment à Ans où l’ex-dauphin de feu Michel Daerden, à savoir Stéphane Moreau, a désormais le champ libre et entend bien renouveler l’alliance que le PS a déjà conclue avec le MR et le CDH. Le décès de "Papa" a, en outre, relancé les tensions politiques qui avaient émaillé les derniers mois à Saint-Nicolas. Une commune où la Fédération liégeoise du PS a dû arbitrer l’après Patrick Avril mais où les socialistes ne devraient pas trop souffrir. Comme d’ailleurs à Flémalle, Seraing ou encore Herstal, où il sera bien difficile pour les opposants au PS de l’empêcher de reconduire sa majorité absolue. Enfin, on retiendra encore le combat des chefs que vont se livrer à Sprimont le président du PS Thierry Giet et le ministre wallon Philippe Henry (Ecolo).

Dans l’Est, la violette est au pouvoir à Verviers et a de fortes chances d’y rester. Le PS du bourgmestre sortant Claude Desama et le CDH mené par Marc Elsen mèneront sans doute la course en tête, mais le premier, qui devrait disposer d’une longueur d’avance, a noué un accord au moins tacite avec son actuel partenaire MR pour rempiler. Ceci dit, les quatre principaux partis, dans la Cité de la laine et de l’eau, doivent aussi compter avec de fortes divergences internes, que ce soit sur la multiculturalité chez les socialistes et les libéraux, sur le port du voile chez les humanistes ou sur le futur centre commercial City Mall, auquel le ministre Henry a donné le feu vert, chez les écologistes.

A Eupen, les sociaux-chrétiens (CSP), au pouvoir depuis 1977, paraissent indéboulonnables, mais le maïorat d’Elmar Keutgen repose sur une très courte majorité formée avec l’unique élu du Parti des Belges de langue allemande (PDB) qui s’est dissous depuis. Au lendemain du 14 octobre, les partis d’opposition pourraient être tentés de rééditer le scénario qu’a connu la Communauté germanophone en se liguant pour renvoyer le CSP dans l’opposition.

Huy sort d’une mandature plus que tourmentée, où la Ville a vu défiler quatre bourgmestres différents et où tous les partis se sont retrouvés, un moment ou un autre, dans la majorité ! La grande inconnue (façon de parler) s’appelle Anne-Marie Lizin, qui présente sa propre liste sans garantie de résultats. Le PS devrait malgré tout rester le premier parti. Reste à savoir qui, du MR, du CDH ou d’Ecolo, sera en mesure de pactiser avec lui. Avec Anne-Marie Lizin, inutile de dire que c’est exclu.

Amay sera le théâtre du duel des (ex-)stars que sont le bourgmestre sortant Jean-Michel Javaux (Ecolo) et son prédécesseur Robert Collignon (PS). L’ancien ministre-Président de la Région wallonne a un œuf à peler avec l’ancien coprésident d’Ecolo qui vainquit, en 2006, son fils Christophe parti depuis en terres hutoises. Entre les deux "grands". Le MR peut, comme il y a six ans, espérer faire l’appoint pour constituer une majorité.

Après six ans de "retour" de Guy Coëme à la tête d’une majorité absolue PS, Waremme aurait connu des élections sans histoire si le "Petit Prince" n’avait pas décidé de se retirer, jetant la confusion parmi ses premiers lieutenants et successeurs potentiels. C’est l’ancien "f.f." Jacques Chabot qui mènera les troupes socialistes, face à une opposition MR/CDH qui s’est unie en une seule liste rejointe par Ecolo.

Bruno Boutsen et Paul Vaute

Les commentaires sont fermés.