Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

26/09/2012

Lizin: Elle s’y croit encore; on l’y voit toujours

lizin,huy,liege,communales

Elle s’y croit encore; on l’y voit toujours Anne-Marie Lizin, ex-bourgmestre socialiste de Huy, termine tranquillement une tasse de café sur la terrasse des Caves d’Artois. Le premier étage de l’établissement situé sur la grand-place, à l’ombre de l’hôtel de ville, a abrité pendant des décennies les thés dansants et autres goûters de pensionnés du Parti socialiste local. Le café a changé de couleur. Ironie suprême : c’est devenu le QG de Pour Huy, le mouvement lancé en janvier dernier par Mme Lizin, en pétard désormais permanent avec ses ex-camarades. "Avec les trois premiers élus PS, les contacts sont nuls", lâche-t-elle.


Enfin, pas tout à fait. Lundi 10 septembre au soir, Anne-Marie Lizin s’est fait empoigner par l’échevin en charge des Travaux, Eric Dosogne. L’ancien karatéka n’a pas apprécié que Mme Lizin s’impose et tente de se placer devant lui sur "la photo de famille". D’autant que celle qu’on affuble du surnom de Madame Sans-Gêne avait déjà fait le coup deux jours plus tôt au bourgmestre de Huy, Alexis Housiaux, lors d’une cérémonie patriotique. "Moi, je ne me laisserai pas faire. Reculez" , s’est énervé Dosogne, saisissant Lizin par les épaules.

Voilà pour l’ambiance de la vie politique hutoise, où l’ex-Dame de Fer qui a régné sans partage sur la ville pendant vingt-six ans continue de s’imposer, y conservant habitudes, partisans et obligés. "Les ouvriers communaux continuent à me demander des trucs", dit-elle.

Début 2009, Anne-Marie Lizin quittait son fauteuil maïoral. Une crise cardiaque, suivie d’un quadruple pontage coronarien, l’oblige à freiner le rythme. Les relations déjà compliquées avec son parti s’enveniment à la suite d’ennuis judiciaires : onze agents communaux sont soupçonnés d’avoir distribué les tracts électoraux de Mme Lizin pendant leurs heures de service. "C’est un montage de Micheline Toussaint" - échevine PS de l’enseignement à l’époque, NdlR -, balaie l’intéressée. Qui se dit sereine. Le 22 octobre prochain, huit jours après les élections, la chambre des mises en accusation de Liège se prononcera sur le renvoi, ou non, de Mme Lizin devant le tribunal correctionnel de Huy.

Pour l’heure, la campagne bat son plein et l’agenda se noircit à vue d’œil : à 11h, conférence avec les riverains de Tihange; à 14h, réunion affichage; à 17h, balade en musique à Tihange; à 19h, soirée Tupperware chez un candidat de la liste Pour Huy Un programme soutenu. Sans machinerie de parti, sans subsides, sans autre notoriété que celle de son nom de famille

Mais à Huy, ce n’est pas rien. "Moi, je soutiens Mme Lizin , témoigne Annie Closset, la patronne des Caves d’Artois, qui est d’ailleurs candidate sur la liste 9. Les ouvriers de la ville venaient boire leur verre ici : ils n’osent plus " Elle vitupère contre l’équipe actuelle à la tête de Huy et désigne la grand-place : "On ne peut plus rien faire ! Si vous voulez mettre un peu de musique, il faut s’y prendre six mois à l’avance, envoyer trois lettres et on ne vous répond même pas. Le 15 août, on est venu me gronder en disant que je ne pouvais pas mettre de pompe à bière ni vendre du pèket." L’ex-bourgmestre s’emporte : "Ils n’ont aucune mentalité de commerce. On fait reculer les terrasses sur la place, sans aucune raison."

Sur sa liste Pour Huy, on trouve des commerçants, des étudiants, des fonctionnaires, une secrétaire de l’hôpital qui en a eu marre "d’ eux" - les socialistes évidemment. Un homme en bleu de travail interpelle la candidate : "Madame Lizin, ça irait un peu mieux si vous pouviez reprendre votre place. Je croise les doigts !" L’ex-bourgmestre sourit, remercie. Qui est son interlocuteur ? "Je n’en ai pas la moindre idée ! Mais ce n’est pas grave." Malgré un cœur aux capacités désormais limitées à 70 %, l’énergie et le culot de l’ex-première Dame de Huy restent intacts. Elle continue à en faire des tonnes. Mais rêve-t-elle vraiment de reprendre les rênes de l’hôtel de ville hutois ? Elle élude. "Les règles permettent beaucoup de choses. On espère que les gens voteront suffisamment pour nous. Je veux lancer les jeunes. On peut réaliser ensemble de belles choses pour notre ville."

Direction : l’Auberge de la Campagne, à Tihange, à bord de sa voiture immatriculée "HUY-001". Une plaque qui lui a coûté 25 000 francs belges, à l’époque. Devant les riverains de Tihange, elle soutient l’idée avancée par un assureur indépendant de créer une assurance évacuation nucléaire. "C’est une idée géniale ! C’est ce que j’ai entendu de plus créatif depuis Fukushima. Nous le ferons si nous gagnons ici, à Huy" , s’enthousiasme-t-elle. Dans la salle, trône une œuvre du peintre Marc Mathieu, de Ben-Ahin : une explosion nucléaire à Huy, L’auditoire est conquis. "Madame Lizin a très bien répondu aux questions, comme d’habitude."

Une douzaine de personnes restent pour déjeuner, dont deux candidats. La conversation roule sur la mauvaise gestion des travaux, les commerces en danger, les embouteillages homériques à Ben-Ahin "Un cerveau moyen trouverait la solution. Eux ne font rien." Eux, encore

Il est 14h : réunion "affichage" dans l’arrière-salle du Lutetia, rive gauche. Autour d’Anne-Marie Lizin, une dizaine de candidats et de proches se mettent en ordre de bataille. Les affiches arrivent demain; on réfléchit aux endroits stratégiques où les placer; on fait le compte "des amis" d’accord de les planter sur leurs terrains; il reste des trépieds dans le garage d’Anne-Marie On précise les consignes pour les colleurs : pas de surcollage; pas de sorties punitives à la sauce tomate; pas de moustaches sur les trombines des autres Pas maintenant, en tout cas. On verra ensuite comment tourne la campagne.

Annick Hovine

09:40 Publié dans Liège | Tags : lizin, huy, liege, communales | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.