Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

26/09/2012

Charleroi: Séparation de pouvoirs, obligation de campagne ?

art_204674.jpgLe dernier week-end, la police de Charleroi a surpris des jeunes, après l’incendie de voitures dans la cité du Rambulant, à Gilly, et les a déférés devant le parquet de Charleroi. Le magistrat de service a estimé qu’ils devaient être remis en liberté.

Dans un communiqué, lundi soir, “ Eric Massin, chef de la police de Charleroi en son titre de bourgmestre, fustige cette décision. Ce genre d’attitude met à mal l’excellent travail réalisé en amont par la police de Charleroi. De plus, il renforce le sentiment d’impunité des délinquants” , dit-il.


Partant de ce communiqué, quelques constats. Premièrement, il est assez peu probable qu’Eric Massin ait eu connaissance des P-V d’audition des jeunes intéressés, sauf à imaginer qu’il se soit, d’emblée, immiscé dans le parcours judiciaire de leur dossier, ce qui serait assez ahurissant. Il évoque donc un dossier en n’en connaissant que l’écume.

Deuxièmement, il y avait, parmi les quatre suspects, deux mineurs d’âge, et on sait l’encombrement des établissements d’accueil, dans ce secteur : quel sort le bourgmestre leur aurait-il imaginé ?

Troisièmement, et de manière plus fondamentale, on peut d’étonner qu’Eric Massin, détenteur d’une licence en droit, ait perdu de vue la nécessaire séparation des pouvoirs, qui l’amène à commenter, à chaud, une décision de justice.

Qu’il se plaigne, comme d’autres avant lui, de la pénurie reconnue de magistrats, et de l’arriéré judiciaire, est une chose. Qu’il “fustige” une remise en liberté en est une autre. Campagne électorale ou pas, la séparation des pouvoirs existe.

Mais que le candidat Massin se rassure : malgré ces quelques lignes de commentaires, nul doute que son indignation lui aura fait gagner quelques dizaines de voix.

P.MK

07:02 Publié dans Hainaut | Tags : charleroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.