Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

25/09/2012

LEPEN aux élections communales

Marine-Le-Pen.gif

Les listes électorales sont désormais bouclées. On le sait, Marine Le Pen, présidente du FN, a réussi à faire interdire d'usage du nom Front national et des initiales "FN" en Belgique.


Incapable d'exister par elle-même, l'extrême droite francophone belge s'est longtemps reposée sur le succès du FN français. Chose qui sera dorénavant difficile sans l’appellation d'origine désormais contrôlée. Des localités proches de Charleroi ont néanmoins trouvé une parade: à Châtelet, Fleurus et Sambreville, des communes où le FN avait obtenu de bons résultats, un parti d'extrême droite se présente sous les initiales LEPEN pour "Ligue européenne patriotique, égalitaire et nationale".

C'est donc un véritable pied de nez à ses détracteurs que vient de réaliser Salvatore Nicotra, dirigeant de l’ASBL Front national belge et conseiller communal sortant à Fleurus.

Le choix des initiales LEPEN n'est évidemment pas innocent. Il s’agit d’une provocation visant directement Marine Le Pen, responsable des ennuis politiques des ex-frontistes belges. Par ailleurs, les extrémistes espèrent tirer profit de la relative popularité de la présidente du Front national en Wallonie.

Une interdiction pas appliquée partout

Marine Le Pen se félicitait de l'interdiction de l'emploi de "son sigle", considéré désormais comme une marque déposée. Pourtant, à Charleroi par exemple, une liste a été acceptée, rapporte la RTBF. Même chose pour la liste FN provinciale pour le canton de Fontaine-L’Evêque. Mais à Courcelles, une liste n’a pas été validée. Il s’agit du FNW, le Front national wallon.

Pourquoi un tel refus? Parce qu'un second jugement, en référé, rendu récemment à Liège est formel: interdiction totale d'utiliser le sigle "FN" et toutes les variantes qui s'y rapportent. La liste FNW est donc interdite à Courcelles.

Le cœur du problème, c’est qu’il semble que tous les bureaux n'aient pas été prévenus de ce nouveau jugement. La faute est à imputer à la Région wallonne. C'est en effet elle qui organise les élections. Elle a donc prévenu les bureaux de la première décision mais pas de la seconde, puisqu’elle l’a reçue hors délais.

Geoffrey Favier (st.)

Les commentaires sont fermés.