Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/09/2012

Anderlecht: André Drouart, trente ans de combats

anderlecht,andré drouart,ecolo

“Je l’ai eu comme prof. Une année, il a organisé un voyage en France. Mes parents ne savaient pas me le payer. André s’occupa de la moitié des frais…”

Jeudi soir, Abdurrahman Kaya (PS) ne tarissait pas d’éloges envers André Drouart. Pas pour lui passer une pommade incommodante. Mais bien pour décrire la générosité d’un écolo de 55 étés qui, après 30 ans de mandats, faisait ses adieux à cet impitoyable univers politique, un au revoir à Anderlecht.


À l’heure où paraissent ces lignes, le cinglant petit bonhomme aux cheveux blancs sera déjà éloigné de la ville. La gorge un chouïa serrée quand même…

Cofondateur des Verts d’Anderlecht, André Drouart entrera place du Conseil en 1982 – “du temps d’Henri Simonet”. Sur les bancs de l’opposition. Ses couleurs ayant le vent en poupe, le complice de toujours de Philippe Debry (tout chamboulé par l’arrêt de son “ami de 40 ans”) s’investira comme député. Dès 1989, moment de création de la Région, jusqu’en 1999. Puis défilèrent, sous Simonet fils, les six glorieuses, de 2000 à 2006.

“J’ai été échevin des Sports, de la Jeunesse, de la Prévention, de la Participation, des Relations Nord-Sud”, énumère ce champion de la causticité, parfois assassine. Mais une causticité que guidaient sa droiture ou ses indéfectibles engagements. Et ce mordant politicien d’avoir eu, selon lui, le souci de filer à temps : “J’estime que j’ai un peu fait le tour. Je ne comprends pas pourquoi certains vieux boucs s’accrochent. C’est inimaginable !”

Hors son sacerdoce quotidien partagé entre des cours à Notre Dame (Cureghem) et la formation de futurs profs (à l’I.S.P.G., Institut supérieur de pédagogie Galilée), le parcours d’André Drouart restera à jamais marqué au fer rouge par le Fefa (Football, études, famille, Anderlecht), une réussite qu’il porta à bout de bras, le départ inopiné de Jacques Simonet ou, sous l’ère D’Hooghe, la tragique fermeture des classes de la P 3/5, rue du Chapeau. “Fermer une école, c’est ouvrir une prison, disait Victor Hugo”, cite ce multiculturaliste dans l’âme. “Dans Cureghem, il y a beaucoup de récidivistes. Je ne m’ôte pas de la tête que ce drame y contribua.”

Parti… jardiner (une de ses marottes) pour raisons privées, l’exigeant élu ne tournera pas définitivement le dos à ce pan de vie. Un : il ne lâchera pas de sitôt deux commissions qu’il affectionne -enseignement et relations Nord-Sud. Deux : ce Drouart-là sut en motiver un autre. N’a-t-il pas entraîné, Jérémy, l’un de ses rejetons, dans son sillage politique, de vert immaculé ?

Guy Bernard

Les commentaires sont fermés.