Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/09/2012

Province de Namur: PS et MR au coude-à-coude

namur.jpg

Le conseil provincial de Namur, comme celui du Brabant wallon et de la province du Luxembourg, verra son nombre de sièges passer de 56 conseillers aujourd'hui à 37. Le collège provincial comptera quatre députés au lieu des six membres actuels. La majorité violette (PS-MR) pourrait être reconduite. Le président du collège provincial de Namur, Dominique Notte (PS), est tête de liste pour le district de Gembloux. Deux députés provinciaux sortants, Maryse Roert-Declercq, du district de Philippeville, et Pierre-Yves Dermagne, de Rochefort, se présentent à nouveau.


A Namur, Frédéric Laloux, chef de groupe socialiste au conseil communal de Namur et éphémère secrétaire d'Etat, se présente comme tête de liste. Deux poids lourds poussent sa liste: Dominique Renier, ancienne échevine de l'Etat civil, et Jean-Louis Close, bourgmestre de 1983 à 2000.

Comme Frédéric Laloux, tous deux sont cités à comparaître dans l'affaire Sotegec, affaire en cours dans laquelle Bernard Anselme, bourgmestre de 2000 à 2006, est suspecté d'avoir favorisé ce bureau dans l'obtention de marchés publics.

En 2006, le parti socialiste avait perdu 3% des votes et un siège, passant à 28,76% et 18 conseillers. En plus des élections communales, l'affaire Sotegec avait secoué les élections provinciales. M. Anselme et Jean-Louis Close, inculpés dans l'affaire, étaient tous deux candidats pour la fonction de gouverneur. Le gouvernement wallon avait alors décidé de prolonger provisoirement le mandat d'Amand Dalem (cdH).

Le lendemain, le 21 décembre 2006, Denis Mathen (MR) était désigné gouverneur, créant la surprise. A 41 ans, le chef de groupe MR au conseil communal de Namur et quatrième de liste aux provinciales avait souligné la volonté du mouvement réformateur de dynamiser la fonction de gouverneur. Au coude-à-coude avec le PS, le MR a remporté 17 sièges, avec 28,12% des voix.

Pour le district de Namur, Jean-Marc Van Espen est la tête de liste du Mouvement réformateur. Luc Gennart, l'ex-colonnel qui avait dénoncé la flamandisation de l'armée, Françoise Kinet, actuelle échevine namuroise de l'Etat civil, et son prédécesseur, Bernard Ducoffre, poussent la liste. A Dinant, l'ancien cdH René Ladouce, président de la Fédération wallonne de l'agriculture, est une nouvelle recrue de taille.

Le cdH, qui avait remporté 23,08% des voix et gagné un siège, a placé en tête de liste Geneviève Lazaron, deuxième à la commune et échevine namuroise de l'Enseignement. Jacques Etienne, l'ex-bourgmestre de Namur qui a cédé sa place à Maxime Prévot en cours de législature, poussera la liste humaniste. Lionel Naomé, conseiller provincial sortant, se présente à Dinant. Le bourgmestre de Fernelmont, Jean-Claude Nihoul, emmène le district d'Andenne.

Après un statu quo entre 2000 et 2006, Ecolo place Laurence Lambert, conseillère provinciale et cheffe de groupe sortante, et Georges Balon-Perin, secrétaire politique d'Ecolo Namur, en têtes de liste namuroise, poussés par Michel Somville, conseiller provincial sortant.

Pour les districts d'Andenne et Gembloux, Etienne Cléda, conseiller provincial sortant, est accompagné d'Eric Van Poelvoorde, échevin de l'Urbanisme de Gembloux. 

Les commentaires sont fermés.