Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/09/2012

Estinnes: Il va y avoir du changement

art_203400.jpgQuel que soit le verdict rendu par les urnes ce mercredi 14 octobre, il y aura du changement à Estinnes. En effet, après 18 années passées à la tête de la commune, le bourgmestre, Etienne Quenon, a décidé de se retirer de la vie politique.

Aurore Tourneur, qui lui succède en tête de liste EMC; Isabelle Marcq, qui emmène la liste MR; et Giuseppe Vitellaro, qui conduit les Générations pluralistes, saluent unanimement le parcours du bourgmestre sortant. “Il a géré la commune en bon père de famille”, commente Isabelle Marcq. “Il faut maintenant pouvoir tourner la page. Nous sommes prêts à aborder l’avenir avec modernité.”


Aurore Tourneur assume l’héritage. “Nous avons gardé les qualités comme la bonne gestion, l’humilité et la proximité”, revendique la Première échevine. “Mais nous voulons aller plus loin avec la volonté de professionnaliser davantage le pouvoir communal. Dix de nos candidats ont une expérience de terrain.”

De son côté, Giuseppe Vitellaro promet une révolution. “Etienne Quenon a fait du bon travail mais ce mode de gestion ne répond plus à la réalité des communes, qui est devenue beaucoup plus complexe”, remarque le socialiste. “Pour siéger au conseil communal, il faut des compétences et de l’implication. Le temps du tourisme politique est révolu.”

Ce chamboulement promis au mayorat semble faire écho aux remous politiques qui ont marqué la campagne électorale. Les libéraux ont ainsi quitté la majorité sortante pour présenter une liste pure. “Nos exigences n’étaient plus rencontrées au sein de la coalition. Et nous voulions venir avec nos valeurs et un message clair”, explique Isabelle Marcq. À l’inverse, les socialistes ont décidé de présenter une liste mixte pour ces élections.

Le ton monte rapidement entre les participants lorsqu’il est question d’expliquer les transferts entre groupes politiques qui ont marqué la campagne. Les candidats se connaissent et s’apprécient. Mais les pierres d’achoppement ne manquent pas. Reste à espérer pour les Estinnois que les gagnants des élections ne buteront pas sur ces contradictions au risque de paralyser l’efficacité du pouvoir politique.

“On peut crier au conseil, mais on ne s’est jamais tapé dessus,” blague le candidat socialiste pour détendre l’atmosphère. “Nous avons l’habitude de collaborer”, rassure Aurore Tourneur. “Si chacun défend sa couleur politique pour les élections, notre souci reste de travailler dans l’intérêt des citoyens.” Les électeurs peuvent souffler. Quel que soit leur choix, le ciel ne devrait pas tomber sur Estinnes après le 14 octobre.

Grégoire Lalieu

Les commentaires sont fermés.