Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/08/2012

Fin de la trêve estivale pour nos politiques

pict_440314.jpgÇa sent la rentrée politique à plein nez. A tour de rôle, les partis vont arracher leurs militants à la trêve estivale. Sans les brusquer. L’allumage se fera en douceur. Et dans la bonne humeur. PS, CDH et Ecolo convient dans les prochains jours les militants à la campagne pour quelques moments de détente agrémentés de réflexions politiques (à moins que ce ne soit l’inverse). Et si le MR ne les a pas imités cette année, c’est uniquement pour ménager les troupes - et la tirelire du parti - avant le combat communal. Car les libéraux ne boudent généralement pas le plaisir de se retrouver entre soi à la sortie de l’été avant de retourner à la vie politique.


L’origine de cette tradition désormais bien établie vient des Etats-Unis où les universités ont pris l’habitude, dès le XIXe siècle, d’ouvrir leurs portes durant l’été pour permettre aux enseignants de primaire et de secondaire de parfaire leurs connaissances. L’idée est reprise en France, dans la foulée de mai 68, par des associations qui y voient une autre façon de concevoir le débat politique, plus détendue, plus conviviale. Et cette formule-là fera tache d’huile, d’abord dans les partis politiques de l’Hexagone, puis à l’étranger.

L’objectif des universités d’été est de pouvoir s’emparer de thématiques bien précises avec un peu de recul, et sans obligation d’aboutir à une prise de position bien arrêtée. C’est aussi un moment où les contacts informels se renouent, où l’on parle des dossiers qui s’imposeront à la rentrée.

C’est aussi désormais là que les leaders politiques ajustent le ton de leurs discours de rentrée. Une fonction qui prend toute son importante en cette année d’élections communales. La fin des vacances sera rude. Dès le 1er septembre, les partis seront brutalement plongés dans la campagne électorale. Or les troupes seront dirigées par des bleus. C’est en effet une première élection pour Thierry Giet (PS), pour Benoit Lutgen (CDH) et pour le tendem Deleuze-Hoyos (Ecolo). Gare à celui qui prend un mauvais départ.

V.R.

Les commentaires sont fermés.