Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/08/2012

Saint-Josse-ten-Noode : Contrastes et paradoxes

pict_440143.gifUn petit kilomètre carré à peine, un des revenus par habitant les plus faibles du Royaume mais un des budgets communaux les plus élevés, la commune de Saint-Josse est riche en contrastes et en paradoxes. Coincée entre Schaerbeek et Bruxelles-ville, on la connaît pour son quartier nord, sa chaussée de Louvain et sa population métissée.

 


Le bourgmestre, Jean Demannez (PS), aime d’ailleurs souligner cette diversité culturelle dès qu’il le peut même s’il n’a pas toujours été synonyme de jours paisibles pour la commune. Héritier du célèbre Guy Cudell, qui régna sur ce petit territoire de 1953 à 1999, le batteur du "107 quater" achève son troisième mandat sur un bilan plus que satisfaisant. Rénovation des quartiers "Méridien" et "Liedekerke", réaménagement de la place Rogier, le travail a été grandement facilité par l’appui d’une confortable majorité, puisqu’en plus de disposer d’une majorité absolue au Conseil communal, les socialistes se sont associés au CDH, offrant au jeune Eric Jassin l’opportunité de briller comme échevin super-actif des Classes moyennes et de l’Etat civil.

Ces six années de cohabitation ont été plutôt bonnes, malgré quelques tensions, estime Jean Demannez. Et si la Liste du bourgmestre est à peu près assurée de reconduire son très bon score des scrutins précédents, il n’est pas dit que l’union rouge-orange signera pour six années de plus au lendemain du 14 octobre. "Il faudra voir les résultats" poursuit le bourgmestre. Mais on sait que ses rapports avec l’opposition n’ont pas toujours été des plus paisibles Un mayeur socialiste, cela n’a rien d’étonnant ici. La vraie question qui taraude les observateurs est en réalité de savoir si Demannez cédera le flambeau à celui qui se voit depuis longtemps comme son successeur tout désigné : le secrétaire d’Etat à l’Urbanisme et à la Propreté Emir Kir.

En 2006, ce dernier avait battu Jean Demannez en voix de préférences. Et les rumeurs vont bon train pour affirmer que le bourgmestre serait tombé d’accord avec son challenger pour lui céder le flambeau à mi-mandat. Des rumeurs qui ont le don d’énerver Jean Demannez. "Rien n’a été décidé" explique-t-il. "Je me représente pour un dernier mandat, mais je n’ai pas l’intention de partir après 3 ans". Voilà qui a le mérite d’être clair. Pas question donc, de s’essayer à battre la longévité de Guy Cudell, mais pas question non plus de s’en aller si tôt, alors que de belles années politiques se profilent encore.

Pour l’opposition, il serait pourtant temps que souffle un vent nouveau sur la commune. "J’ai l’habitude de promouvoir des majorités olivier, mais là je pense que la priorité pour Saint-Josse c’est le changement", indique Zoé Genot, cheffe de file des Ecologistes au Conseil communal. "Ce changement pourrait se matérialiser par une alliance d’Ecolo avec le CDH et le MR. Le CDH pourrait avoir le mayorat." Si Zoe Genot souligne le travail effectué par Eric Jassin et par l’échevin socialiste Mohamed Jabour, le sentiment général des écologistes est que l’actuelle majorité ne montre guère l’exemple en matière de bonne gestion des finances publiques. "Saint-Josse est une commune qui dispose de beaucoup de moyens financiers. Du coup, il y a énormément de gaspillage".

Et de rappeler le dossier de l’acquisition d’une maison rue de la Ferme pour un montant bien supérieur à sa valeur. Un dossier dont la presse avait abondamment parlé il y a quelques mois. "Il n’y a guère de réponse au boom démographique" regrette également Zoe Genot. "Comme dans d’autres communes, il manque cruellement de places dans les écoles maternelles et primaires. Aujourd’hui, 50 % des enfants en bas âge n’ont pas de place dans l’enseignement de la commune." Le boom démographique, Jean Demannez en a pourtant parfaitement conscience. "Notre territoire est très petit, et nous estimons que nous avons désormais assez d’habitants. Voilà pourquoi, lors de la prochaine législature, nous ne chercherons pas à élargir le nombre de logements dans la commune."

Grégoire Comhaire

Les commentaires sont fermés.