Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/07/2012

Les électeurs étrangers peu mobilisés

pict_436353.gifLe calendrier électoral s’égrène. Et même très vite pour les électeurs étrangers souhaitant participer au scrutin communal du 14 octobre. Pour en être, ces derniers doivent en effet s’inscrire au plus tard le 31 juillet à leur commune. Dans moins de deux jours. Ce qui est peu. Les organisations qui ont milité activement pour l’octroi du droit de vote aux étrangers ont des sueurs froides et craignent le fiasco. C’est que le dernier comptage opéré par le ministère de l’Intérieur ne les rassure pas. Bien au contraire : il indique que la proportion d’électeurs étrangers pourrait être inférieure à celle qui avait été enregistrée lors du dernier scrutin communal, en 2006. Ce qui ressemblerait quand même à un désaveu.


D’après le dernier comptage en effet, 102 909 ressortissants de l’Union européenne se sont inscrits sur la liste des électeurs. Cela représente 15,76 % du nombre total de citoyens européens qui remplissent les conditions pour pouvoir aller voter le 14 octobre. Ce pourcentage est encore plus faible en ce qui concerne les étrangers non européens. Le 21 juillet, date du dernier recensement, 12 347 ressortissants non européens étaient inscrits à la commune sur la liste des électeurs. Cela dépasse à peine 8 % du nombre total d’électeurs non européens qui pourraient prendre part au scrutin communal.

Certes, les derniers jours peuvent être déterminants. Les associations militantes ont d’ailleurs battu le rappel tout le week-end. Mais il faudra quand même une fameuse mobilisation rien que pour atteindre les chiffres de 2006. L’objectif paraît accessible pour les électeurs européens. Il y a 6 ans, 20,9 % d’entre eux s’étaient inscrits dans leur commune. On est actuellement à 15,76 %. Combler l’écart, c’est jouable. On sera moins optimiste pour les électeurs non européens. En 2006, 15,7 % d’entre eux s’étaient déclarés comme électeurs. C’est près de deux fois plus que lors du dernier comptage (8,39 %). Fameuse marge. D’autant plus surprenante que les personnes qui étaient inscrites précédemment, en 2000 et 2006, ne devaient plus refaire la démarche. Certes, le nombre d’électeurs potentiels a fort augmenté. Mais quand même.

On notera que c’est en Flandre que la mobilisation a jusqu’ici été la moins forte : seulement 11,64 % des électeurs européens potentiels et 6,45 % des non européens sont inscrits. En Wallonie, ces chiffres sont respectivement de 24,63 % et de 12,60 %. Des différences comparables avec ce qui a été constaté en 2006.

V.R.

Les commentaires sont fermés.