Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/07/2012

Pour la N-VA, le scrutin du 14 octobre sera national

bart-de-wever-3.jpg

Les suffrages précédents en attestent. Les élections communales, surtout dans les petites et moyennes villes, se jouent sur des critères purement locaux. Les instances centrales des partis politiques n’y ont qu’une influence toute relative.

Pourtant, Bart De Wever, le président de la N-VA, ne s’en cache pas. Il fait du scrutin communal du 14 octobre prochain un référendum grandeur nature sur la politique du gouvernement fédéral.


Nouvelle illustration hier lors d’une conférence de presse à Anvers – où il sera tête de liste. Le nationaliste flamand y a estimé que les problèmes d’immigration dans la métropole flamande sont dus au laxisme du gouvernement. “La politique fédérale en matière de migration est une catastrophe et c’est Anvers qui en est la victime”, a-t-il lâché en se basant sur des chiffres repris dans un “baromètre de la migration” made in N-VA.

Et peu importe si la majorité vient de serrer la vis en la matière. Notamment via le durcissement de l’octroi de la nationalité ou l’accélération des retours volontaires.

Bart De Wever a dressé le portrait d’une migration “passive”. C’est-à-dire, selon lui, une migration qui n’est pas motivée par les études ou le travail, mais plutôt par le regroupement familial et la régularisation.

Les élections communales n’auront aucun impact à cet égard. Qu’à cela ne tienne. Le mélange des genres n’effraie pas le leader nationaliste. Ses cibles : les francophones en général, le PS wallon en particulier. Tout cela pour l’aider à gagner – on le rappelle – un scrutin local…

Dans le même registre, Bart De Wever joue volontiers sur sa propre image. De gigantesques portraits de lui affichés aux quatre coins de la Flandre le rappellent. Le message : voter pour une liste ou un candidat N-VA, c’est avant tout voter pour Bart De Wever. L’homme est partout. Sur tous les fronts. Y compris pour prêter main-forte à d’anciens membres du parti d’extrême droite flamand Vlaams Belang (VB).

Il a ainsi déploré hier la décision de Jurgen Ceder de ne finalement pas se présenter sur la liste N-VA à Dilbeek. Ce dernier, ancien idéologue du VB, a pris cette décision suite aux remous qu’avait provoqués son transfert (et celui d’autres VB) vers la N-VA. Son président l’a qualifié hier de “chic type” et assuré que, “humainement”, il était “tenté de lui offrir une deuxième chance”.

A. C.

Les commentaires sont fermés.