Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/07/2012

La Louvière: Le Parti Pirate pour changer la donne

pict_421548.jpgFace aux partis traditionnels, il faut bien écrire qu’il n’y a pas beaucoup de possibilités. Dans la cité des Loups, un groupe d’amis a décidé de mettre sur pied le Parti Pirate, à l’exemple de la Suède qui a vu naître ce parti en 2006 (et qui compte aujourd’hui deux parlementaires) et de l’Allemagne. L’objectif est de changer la donne.


Le Parti Pirate se fonde sur les principes chers à l’informatique et à l’Internet. Tout fonctionne en OpenSource, un peu comme Wikipedia. Bref, toutes les expériences sont mises en commun. “Ce principe a prouvé son fonctionnement et son financement”, explique Mehdy Nasser, 27 ans, Capitaine de l’équipage (Crew) louviérois.

Un équipage se compose d’un capitaine et d’un navigateur. “Personne ne dispose de pouvoirs particuliers, tout fonctionne au consensus, au débat. Le vote est le dernier recours pour prendre une décision. Il faut juste respecter trois règles de base : ne rien faire d’illégal, qui puisse nuire au parti ou nuire aux deniers publics.”

Chaque équipage se compose d’escouades (Squad), et d’équipe de travail (Work Team). Ces escouades permettent de rassembler des pirates de différents équipages pour travailler un thème particulier, en y invitant des experts. Les nouveaux équipages profitent de l’expérience des autres et ne doivent pas reproduire tout le processus, tout en gardant leur autonomie eu égard aux particularités locales.

“Par cette démarche, nous admettons que nous ne sommes pas des spécialistes, mais nos élus sont des porte paroles qui répercutent le travail effectué dans l’ombre par les Work Team. Nous fonctionnons par essai et erreurs.” Il faut écrire que les réunions sont transparentes, tout le travail du parti est visible sur Internet et tout le monde peut y participer.

Les réunions ont lieu une fois par mois. Elles fonctionnent sur le principe de la démocratie participative. “La qualité des décisions dépend de la qualité des débats”, enchaîne Mehdy. “Nous voulons redonner aux gens qui se sont désintéressés de la politique, le pouvoir de s’impliquer.”

Mais ce n’est pas facile, l’administration ne leur a pas encore fourni les documents nécessaires pour obtenir le nombre de signature obligatoire à la constitution de leur liste.

F. Sch.

Les commentaires sont fermés.