Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/07/2012

Woluwe-Saint-Pierre: Un bon bilan terni par les affaires

art_196923.jpgPour conclure notre série élections, nous nous arrêtons ce lundi à Woluwe-Saint-Pierre pour un bilan de la législature 2006-2012.

Le bourgmestre Willem Draps (MR) a le sentiment du devoir accompli : “90 % de nos engagements ont été réalisés”. Si le bilan est certes globalement positif, quelques affaires sont toutefois venues troubler cette législature. Willem Draps et l’échevin des Finances Jean-Claude Laes (MR) ont notamment été accusés par l’opposition d’avoir exercé des pressions sur l’éditeur du journal local privé Vivre à Woluwe, concurrent de l’officiel Wolu Mag. Si l’affaire est désormais close d’un point de vue juridique, celle-ci a néanmoins jeté un froid au sein de la majorité MR-FDF-CDH.


Finances

Il y a 30 ans, la commune présentait la dette par tête d’habitant la plus importante du royaume. Depuis lors, le taux d’endettement n’a fait que décroître et cela a encore été le cas au cours de cette législature. La commune a constitué un fonds de pension pour faire face aux lourdes charges que représentent les pensions du personnel communal. Ce fonds est aujourd’hui supérieur à la dette communale, désormais très réduite. “Les impôts n’ont pas été augmentés et nous dégageons des bonis importants chaque année”, précise encore le maïeur.

Sécurité

“Woluwe-Saint-Pierre est la commune la plus sûre de Bruxelles. Mais chaque délit est un délit de trop”, affirme d’emblée Willem Draps. Les autorités communales n’ont donc pas lésiné sur les moyens mis en place pour assurer aux habitants une vie paisible. En 2012, les effectifs de la brigade cycliste ont doublé et des opérations Rosace ont été mises en place pour lutter contre le vol en habitation dont les Wolusanpétrusiens sont plus victimes qu’ailleurs. Par ailleurs, le commissariat est fermé durant la nuit depuis 2008, ce qui permet de doubler le nombre de policiers présents sur le terrain.

Logement

C’est le point noir selon l’opposition Ecolo, qui estime que les prix trop élevés des loyers sont responsables de l’exode des jeunes de la commune. “Même les enfants du bourgmestre doivent se loger ailleurs”, affirme le conseiller communal Pascal Lefèvre. Des efforts ont été fournis par la majorité : lutte active contre les logements inoccupés via une taxe dissuasive, réforme du mode de gestion et assainissement de la SISP locale, création d’une AIS qui gère plus d’une centaine de biens immobiliers. Ces mesures restent insuffisantes et, avec seulement 6 % de logements sociaux, Woluwe-Saint-Pierre se situe bien en deçà des objectifs fixés par la Région. “On a des projets mais il est très clair que l’on n’arrivera pas à 15 % car il n’y a plus de terrain disponible”, indique fermement le bourgmestre, pour qui il est impensable de démolir des villas pour construire des immeubles à appartements…

Pa. D.

Les commentaires sont fermés.