Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/06/2012

Court-Saint-Etienne: “Un électeur n’est pas un téléspectateur”

court-saint-etienne,winden,mr

Même si elle a quitté l’antenne depuis 4 ans, Nathalie Winden n’a pas disparu de la mémoire des téléspectateurs. Mais elle a envie de nouveaux challenges. Cette semaine, l’ex-speakerine et ex-Miss météo de RTL a confirmé qu’elle se présenterait aux élections communales, sur la liste du bourgmestre libéral de Court-St-Étienne, Michael Goblet. Une nouvelle étape dans sa carrière qui – elle en est consciente – ne sera pas la plus facile !


Tout d’abord, évoquons ce que vous faites aujourd’hui à RTL ?

“Je m’occupe des relations avec le public. Je réponds au courrier des téléspectateurs, aux mails, je me charge de faire visiter les bâtiments de RTL à des groupes…”

Qu’est-ce qui vous a poussée alors à vous lancer en politique, à l’échelon communal ?

“Il y a plusieurs choses. L’envie de retrouver le contact direct avec les gens, ce que j’ai toujours beaucoup aimé. Et puis, il y a bien sûr le désir de me mettre au service de ma commune. J’y habite depuis 14 ans. J’y suis vraiment implantée. Le bourgmestre m’avait déjà proposé de rejoindre sa liste il y a 6 ans. Mais, à l’époque, j’étais à l’antenne, ce n’était pas possible. Aujourd’hui, comme je n’apparais plus à l’écran, il n’y a plus de souci par rapport à mes activités à RTL, que je conserverai évidemment. Je pourrai combiner.”

Si vous veniez à être élue, quelles matières aimeriez-vous traiter ?

“L’enseignement et la culture. J’ai envie de faire bouger les choses à ce niveau. C’est évidemment trop tôt pour savoir si j’hériterai de fonctions échevinales. Mais j’ai envie de donner du mouvement à cette commune que j’aime beaucoup.”

Le fait que vous soyez connue est une arme à double tranchant : c’est un atout, mais aussi un handicap, car vous devrez prouver que vous n’êtes pas là juste pour votre notoriété !

“Totalement. Un électeur n’est pas un téléspectateur. Ce n’est pas parce que j’ai convaincu le public à la télé que je convaincrai les gens dans les urnes ! C’est là qu’est le défi.”

Et comment comptez-vous les convaincre ?

“Je vais prendre du temps pour aller à leur rencontre, dans les boulangeries, les petits commerces, pour leur faire connaître ce que j’ai envie de faire et écouter ce qu’ils ont à dire.”

Vous n’avez pas d’appréhensions de vous lancer en politique, où on sait que les coups bas sont parfois légion ?

“C’est un monde qui peut faire peur, oui. Mais c’est un monde que j’ai envie de découvrir.”

On vous reconnaît toujours beaucoup en rue ?

“Oui. On ne m’a visiblement pas oubliée. Mais je n’ai pas envie de me servir de cette notoriété pour être élue. J’ai envie de convaincre les électeurs qu’il y a un véritable engagement de ma part. Même si je sais que j’ai tout à prouver.”

Vous avez demandé conseil à d’autres personnalités de la télé qui se sont lancées en politique ? “Sabine Mathus, qui a été échevine de la Culture à Uccle, m’a briefée. Maintenant, elle en est revenue… La politique et la télé sont vraiment deux mondes différents.”

Interview > Frédéric Seront

Les commentaires sont fermés.