Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/06/2012

Woluwe-Saint-Pierre: Cerexhe: "Le jeu est plus ouvert qu'il y a 6 ans"

pict_425650.jpg

Le ministre bruxellois de l'Economie, de l'Emploi et du Commerce extérieur revient pour nous sur l'actualité de la semaine, marquée par le débat sur l'intégration, le probable renvoi en correctionnelle de l'ancien bourgmestre libéral de Woluwé-St-Pierre Jacques Vandenhaute, les divisions internes au cdH sur le décret inscription ainsi que la mission économique au Japon emmenée par le Prince Philippe.


LaLibre.be: Vous avez été très clair, si vous êtes élu bourgmestre de Woluwé-St-Pierre en octobre, vous cédez votre portefeuille ministériel. Vous pensez pouvoir bénéficier des divisions MR/FDF? Le jeu est manifestement plus ouvert qu'il y a 6 ans à Woluwé-St-Pierre, le FDF ayant décidé de faire une liste à part. D'autre part, Jacques Vandenhaute, dont la personnalité était reconnue, ne sera plus sur la liste du bourgmestre actuel. Je pense que Dominique Harmel n'y sera plus non plus. La donne sera plus ouverte, oui.

Quelle sera votre priorité dans cette campagne?

J'aurai un double message. Je pense d'abord que la commune doit être ouverte sur la Région. On doit travailler en tant que partenaires, sans opposer les pouvoirs dans des domaines tels que la mobilité et les infrastructures. Mais on doit également être une commune ouverte sur l'international grâce au mélange des cultures dans la commune. D'autre part, il subsiste un problème de logement, tant en matière de locations que de propriétés. A Woluwé-St-Pierre, cela reste trop coûteux pour la classe moyenne. On doit faire des propositions pour faciliter l'accès au logement.

Particularité de la commune, plus de 40% de la population a plus de 60 ans.

Il ne faut pas tromper les gens, on sera dans l'impossibilité de créer suffisamment d'infrastructures d'accueil pour nos aînés. On doit donc développer des services (alimentation, soins, petits travaux) permettant aux personnes âgées de rester le plus longtemps possible chez eux.

Il y a quelques semaines, certains évoquaient la présence de l'ancien bourgmestre libéral Vandenhaute sur votre liste.

Non, il n'est pas sur la liste qui a été présentée lundi dernier. Je pense aussi que les années de maïorat de Jacques Vandenhaute donnent une balance tout à fait positive. J'ai aussi toujours regretté la manière avec laquelle il avait été contraint de quitter son mandat après les dernières élections. (Ndlr: Le Conseil d'état lui reprochait d'avoir dépassé le montant des dépenses électorales autorisées. Un dépassement de quelques centaines euros) Je regrette d'ailleurs que la législation n'ai pas prévu de gradation des sanctions. Ce serait utile de l'instaurer, comme en Wallonie. Cela dit, je ne veux pas d'une campagne tournée vers le passé. Je veux incarner le renouveau et l'avenir.

Le parquet souhaite renvoyer Jacques Vandenhaute en correctionnelle pour abus de biens sociaux. A vos yeux, c'est un homme intègre?

Je ne me prononce pas sur le fond de ce dossier correctionnel que je ne connais pas du tout. Je trouve simplement bizarre que ce réquisitoire - qui date de l'année passée - sorte maintenant dans la presse (La Libre du 4 juin). De plus, ce dossier n'a rien à voir avec les dépenses électorales qui avaient été à l'origine de la fin de son mandat il y a 6 ans.

Le débat sur l'intégration bat son plein en ce moment. Vous pensez que c'est un échec à Bruxelles?

Il faut éviter de faire dans la caricature ou la démagogie. Dire que l'intégration est un échec, c'est faux. Dire que tout va bien, c'est faire de l'angélisme. Il faut dire que toute une série de politiques ont porté leurs fruits. Si on compare notre situation avec des banlieues françaises, je constate qu'on a mieux appréhendé cette problématique à Bruxelles qu'à l'étranger. Pour moi, le grand défi de l'intégration à Bruxelles, c'est le défi de la formation et de l'emploi. Donc, tous les pouvoirs devraient se retrouver autour de la table pour mettre en place un vaste plan de formation et d'éducation des jeunes bruxellois. Le défi, il est ici, le taux de chômage des jeunes dans certains quartiers dépasse les 40%. Bruxelles ne peut résoudre cela seule, car certaines compétences appartiennent à d'autres entités. On devra donc tous ensemble se retrousser les manches.

Interview de Dorian de Meeûs

Commentaires

tout franophone se doit de sanctionner les traitres qui ont vendu
les flamands francophones a la Flandre flamingante un seul vote
utile le FDF

Écrit par : fryns | 12/09/2012

Les commentaires sont fermés.