Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/06/2012

Deux mois encore pour s’inscrire

Si les Régions sont, pour la deuxième fois, en charge de l’organisation des élections communales, il revient à l’Intérieur fédéral "d’assurer l’explication des règles". Voilà pourquoi, en ces termes, sa ministre Joëlle Milquet (CDH), tient à relancer l’information et la sensibilisation sur le vote des étrangers. Il y a de quoi. En un moment qui ne doit rien au hasard : nous voilà pile à deux mois de la première échéance, celle de l’inscription.

Car, pour rappel, si l’étranger en Belgique n’est pas obligé de voter comme en principe le citoyen belge, il est obligé de s’inscrire s’il souhaite voter. Et ce, d’ici au 31 juillet inclus auprès de son administration communale. Administration auprès de laquelle il peut retirer le formulaire d’inscription, que l’on peut aussi télécharger via le site www.ibz.fgov.be. Attention toutefois, ceux qui s’étaient déjà inscrits en 2000 ou 2006 ne doivent plus s’inscrire, restant d’office électeurs pour 2012.


Courant mars ("La Libre" du 5 avril), le compteur des inscriptions (anciennes et nouvelles cumulées) indiquait 12,36 %, soit 98 950 inscrits sur un potentiel de 800 337 citoyens. Deux mois plus tard, la situation n’a quasiment pas bougé puisque le curseur, au 26 mai, se fixait à 12,43 %. Une moyenne qui cache de fortes disparités : entre électeurs européens (14,29 %) ou pas (4,64), entre Régions (ainsi pour les Européens, de 22,86 % en Wallonie à 10,54 en Flandre et 8,21 à Bruxelles), provinces, voire sexes (pour les non-Européens, 5,4 % d’hommes contre 3,8 de femmes).

Nous voilà en-deçà des chiffres définitifs des scrutins précédents. La comparaison ne serait toutefois probante qu’à même époque : on n’a pas oublié qu’en juin 2006, le nombre d’Européens inscrits était inférieur à celui du même moment en 2000 (pour terminer à 21 % contre 17,6); ni qu’en juillet 2006, le nombre d’électeurs non-européens avait plus que doublé sur la seule seconde quinzaine du mois.

N’empêche, la ministre Milquet entend lancer "un petit signal d’alarme" en même temps que faire œuvre pédagogique : "Nous souhaitons que le plus grand nombre utilise son droit. Il suffit de le savoir et de le vouloir" Ainsi, indépendamment des actions régionales de sensibilisation, elle adresse notamment à toutes les communes un courrier détaillant les procédures en vigueur.

P.P.

Les commentaires sont fermés.