Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/05/2012

Antoing: Samuel Vincent: "J’arrête, sauf si..."

pict_423895.gif

"Certains peuvent penser qu’il s’agit d’un coup de pub mais mon intention d’arrêter de m’impliquer dans la vie politique antoinienne est bien réelle", a annoncé d’emblée Samuel Vincent hier matin, lors de la conférence de presse dans le cadre de laquelle il tenait à préciser les raisons de cette décision inattendue.

"J’en ai ras-le-bol de devoir assumer seul, la plupart du temps, le rôle de l’oppostion. D’encaisser les brimades de la majorité en place, qui tourne les interventions, même constructives, de l’oppostion en ridicule. Et d’avoir à gérer les mesquineries, les réticences et les coups bas dès que je tente d’apporter un peu de vie associative au sein de l’entité."


Des exemples concrets, le conseiller AC, qui siège depuis 2000 autour de la table du conseil communal, nous en a cité des dizaines. Certains ont lieu en séance publique, lors des conseils communaux : réticence du collège à octroyer un subside à l’association des commerçants lancée par Samuel Vincent, rejet des demandes de plan de mobilité, de commission d’aménagement du territoire ou du plan Maya suggérées par le conseiller AC, etc.

D’autres se passent en coulisses : interdiction donnée aux membres du collège d’assister au jumelage officieux avec la fête des courges des Piozzo, absence systématique des échevins lors des festivités organisées par Samuel Vincent et son ASBL, qui attirent pourtant plusieurs centaines de visiteurs à Antoing chaque année, etc.

"Je n’ai jamais voulu mélanger le politique et l’associatif, j’ai toujours veillé à bien faire la part des choses, mais comme je dérange en politique parce que je m’oppose à la majorité lorsque j’estime que c’est nécessaire, on me met des bâtons dans les roues au niveau associatif", regrette-t-il. "Il faut que ça cesse."

Continuer la politique comme aujourd’hui, il ne l’envisage plus du tout. S’engager sur l’autre liste de gauche de Grégory Courtois et Sabine Mahieu et Daniel Corfec, les écartés du PS local, il ne le souhaite pas non plus. "En décrochant deux ou trois sièges, on repart dans une même routine d’opposition qui ne sera pas écoutée."

La seule porte qu’il laisse entrouverte, c’est celle d’une liste forte portée par les notables de l’entité qui le poussent à rester en politique, les conseillers communaux PS désireux de quitter l’équipe en place, voire même l’ancien bourgmestre Willy Mahieu. "Il avait un caractère fort, c’est vrai, mais aussi des compétences et une vision d’avenir qui boostaient la commune. Si toutes ces personnes s’impliquent et s’investissent, on pourrait mettre un terme à l’ère Bauwens."

Sibylle Dekeyser

Les commentaires sont fermés.