Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/02/2012

Charleroi: Fin de combat sifflée au PS

pict_398571.gif

La succession de Jean-Jacques Viseur s’est accélérée. Eric Massin sera le maïeur socialiste intérimaire… en attendant mieux.

Fin de déchirements internes, au PS de Charleroi : le comité directeur de l’Union socialiste communale a, dès samedi soir, sifflé la fin du combat que se livraient à fleurets de moins en moins mouchetés les deux héritiers PS présomptifs du CDH Jean-Jacques Viseur au mayorat de Charleroi.


Avec 48 voix contre 26 à son rival Paul Ficheroulle, Eric Massin l’a emporté dans la première ville de Wallonie. Reste à procéder à la mise en place officielle du nouveau collège et du bourgmestre, qui restera en fonction jusqu’à l’installation de celui qui sera issu des élections d’octobre prochain

Est-ce le scénario imaginé par Paul Magnette ? Rien n’est moins sûr. La démission de Jean-Jacques Viseur était acquise dès vendredi, assortie de la sortie collective du collège, mais ce n’était pas l’issue privilégiée par le patron des socialistes carolorégiens. Il aurait bien vu, dit-on, que le bourgmestre faisant fonction Ficheroulle reste en place, avant un arbitrage à survenir dans quelques mois.

Ficheroulle, désavoué par un poll de sa section locale, aurait consenti à occuper la dernière place de la liste emmenée par Magnette. Eric Massin aurait réclamé la troisième place, qui le costumait en "faisant fonction" sur mesure, Paul Magnette choisissant de se maintenir au gouvernement, dans la posture de "bourgmestre empêché" pour raison ministérielle.

La candidature immédiate d’Eric Massin a bouleversé l’ordre préétabli. Elle éclaire d’autres affrontements auxquels on peut désormais s’attendre. Elle a eu des allures de provocation, d’affirmation de son autorité communale, prélevant d’autant sa part sur le pouvoir absolu que Magnette entendait jusqu’alors détenir sans plus se plonger dans le poto-poto carolo

Mais il reste à Massin peu de temps pour redorer la fonction de bourgmestre, qui n’a rien de confortable à Charleroi. L’état de la Ville est catastrophique sur le plan financier, et son image ne s’est guère rétablie, malgré de louables efforts, depuis les affaires politico-judiciaires.

Incarnation de sa ville, l’emblème mayoral s’en ressent. Sans guère de soutien de l’intérieur, trop souvent critiqué de l’extérieur, Jean-Jacques Viseur a pu, par une forme de luxe politique, afficher à 65 ans désormais le détachement de celui qui ne se présenterait pas aux élections suivantes. Paul Ficheroulle, chef de file officiel d’un PS déchiré, a peiné à tenter de faire fonctionner la tripartite PS-MR-CDH qu’il conduit en intérimaire depuis l’automne.

Eric Massin ne va donc pas la fleur aux dents au pouvoir qu’il revendique. Rien ne sera simple, et sa seule arrivée ne suffira pas à résoudre les problèmes qui minent Charleroi. La proximité de l’échéance électorale va raviver les tiraillements d’une tripartite fragile, et le PS lui-même ignore encore de quoi sera faite sa liste de candidats en octobre. Paul Magnette va-t-il vouloir se maintenir en tête, pour se déclarer aussitôt empêché ? Eric Massin va-t-il donner assez de tonus nouveau à la ville pour oser revendiquer ce leadership, avec un Magnette destiné à pousser la liste, riche d’un score qu’il espérera supérieur à celui de Massin ?

Ce sont quelques-unes des incertitudes qui pèsent encore sur le PS et donc sur Charleroi au lendemain du scrutin de ce week-end.

Philippe Mac Kay

15:56 Publié dans Hainaut | Tags : charleroi, viseur, massin, ps, magnette | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.